La bourse ferme dans 3 h 44 min
  • CAC 40

    7 064,39
    -32,82 (-0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 144,20
    -33,81 (-0,81 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,68 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0904
    +0,0030 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 941,60
    -4,00 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    21 149,41
    -490,10 (-2,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    521,49
    +4,49 (+0,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,71
    +0,03 (+0,04 %)
     
  • DAX

    15 071,99
    -78,04 (-0,52 %)
     
  • FTSE 100

    7 770,94
    +5,79 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,31 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • GBP/USD

    1,2391
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Pour éviter la grande démission, les entreprises et grandes écoles se transforment

Bruno Levy / Challenges

Confrontées au phénomène de la grande démission, débattu au Sommet de l'économie, les entreprises et les grandes écoles doivent s'adapter pour attirer et conserver les talents. La solution: la prise en compte des enjeux environnementaux et sociétaux.

La grande démission, un risque pour les entreprises? C’est le thème de la troisième table ronde de notre 9e Sommet de l’économie dont le fil directeur est la bifurcation. Et d’emblée Adam Melki, un jeune du cabinet Quantis et à la tête d’HEC transition, met les pieds dans le plat: "La transition écologique est la colonne vertébrale de beaucoup de jeunes qui veulent œuvrer dans les prochaines années pour sauver la planète, commente-t-il, col roulé noir sur les épaules, cheveux mi-long bouclés et petite barbichette dessinant son sourire. Et la question que l’on se pose avant de rejoindre une entreprise c’est: est-ce que son business model est compatible avec cet impératif ?"

"Etre capable de se réinventer"

Dur, dur pour les entreprises aujourd’hui d’attirer les jeunes talents sortis des prestigieuses écoles de commerce ou d’ingénieur. Comme le révèle Jérôme Fourquet, directeur adjoint de l’IFOP, 45% des 18-25 ans refusent d’aller travailler dans des entreprises qui ne sont pas conformes à leur valeur. Du coup, pas le choix, elles doivent s’adapter. C’est ce qu’a entrepris le cabinet de conseil Grant Thornton sous la houlette de son président Robert Dambo: "Notre baseline n’est plus de construire autour de la croissance mais de la confiance. Le fossé avec la jeune génération est devenu important, et il faut être capable de se régénérer, de se réinventer à l’aube du 3e millénaire."

Pour relever ce défi, Grant Thornton a choisi de créer avec l’Essec, prestigieuse école de commerce, une formation diplômante pour ses futurs managers. L’idée: favoriser la découverte de nouveaux métiers en emmenant les collaborateurs dans la Silicon Valley ou en Asie afin de leur permettre de mieux comprendre le monde dans lequel ils travaillent. "Avoir des collaborateurs ainsi mieux armés pour relever les défis de notre monde, c’est aussi la manière de Grant Thornton de témoigner de son engagement social et sociétal", explique Robert Dambo. Et in fine d’attirer les talents et les garder a[...]

Lire la suite sur challenges.fr