Marchés français ouverture 8 h 45 min
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 651,58
    -3 197,88 (-7,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 340,15
    -47,76 (-3,44 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Qui sont les étudiants pauvres en 2021?

·2 min de lecture

Selon une étude de l'association Co'p1 Solidarités étudiantes, les femmes et les étudiants internationaux sont sur-représentés parmi les bénéficiaires de ses paniers alimentaires et près des trois quarts ne bénéficient d'aucune bourse.

"A un moment, je ne me nourrissais plus que de pizzas à 1,50 euro: matin, midi, soir... toute la semaine. Je n'avais pas assez pour m'acheter du pain, de la viande...", témoigne l'un des milliers d'étudiants qui sont allés percevoir un colis alimentaire à la permanence de dans le IIIe arrondissement de Paris. Un autre raconte: "il y a bien des fois où je saute des repas. Je ne prends pas de déjeuner et parfois de dîner quand j'ai trop de travail ou quand je n'ai plus assez d'argent, ou même à cause du couvre-feu parce que je finis souvent à 21h."

On en parle peu dans le débat public, comme si c'était devenu une fatalité ou un passage obligé, mais de nombreux étudiants vivent dans la pauvreté et ne mangeraient pas à leur faim sans l'aide d'ONG telles que le Secours Populaire, les Restos du Cœur et cette récente association baptisée Co'p1, créée il y a seulement quelques mois par une dizaine d'étudiants pour venir en aide à leurs congénères en difficulté. Son succès a hélas été énorme puisque cette structure au départ très informelle qui a bénéficié de l'aide logistique d'autres associations, de commerçants qui fournissent leurs invendus alimentaires et de la mairie de Paris compte aujourd'hui 450 bénévoles. "Au début, au mois d'octobre 2020, on distribuait 150 à 200 paniers par semaine, aujourd'hui, nous en sommes à 750", révèle Paul Bordron, co-fondateur de Co'p1.

Lire aussi

Très vite, en voyant la file d'attente devenir de plus en plus longue devant leur permanence, et les rangs des bénévoles grossir presque aussi rapidement, les fondateurs de Co'p1, eux-mêmes étudiants en Sciences Politique et en droit notamment, ont eu l'idée de poser quelques questions aux bénéficiaires, tous étudiants (un justificatif leur étant demandé).

Un mépris des responsables politiques

"Nous nous sommes fait aider par des sociologues dans la conception d'un questionnaire, la manière de l'administrer et le traitement des résultats", explique Paul Bouscary, l'étudiant responsable de cette[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi