Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 937,30
    +1 036,87 (+1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 394,06
    +81,44 (+6,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2373
    -0,0065 (-0,52 %)
     

Quel est cet étrange ventilateur géant fixé sur un bâtiment dans les Hauts-de-Seine ?

PIXABAY

On croirait une immense turbine. En tout cas, elle détonne dans ce paysage urbain. Repérée par Actu Paris, l’ancienne soufflerie de l’usine Hispano-Suiza de Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine, a été totalement réinventée et réinvestie dans le paysage. Aujourd’hui, elle prend place dans le parc de Bruyères et sa présence est symbolique à plus d’un titre. Elle est le vestige patrimonial de cette soufflerie construite en 1937 par la société Haour Frères.

Elle est l’un des témoins privilégiés de l’essor aéronautique de l’ouest parisien, à cette époque. En effet, l’aéronautique s’est particulièrement développé dans le département et ce dès la fin du XIXe siècle. Notamment à Meudon, où Léon Gambetta créa en 1879 «l'Établissement central d’aérostation militaire». Et avec les guerres à venir au XXe siècle, l’importance de la maîtrise du ciel n’a fait que croître.

Dès 1905, les premiers constructeurs d’avions, puis d’hélicoptères ont fait leur apparition, principalement dans l’actuel département des Hauts-de-Seine, entre Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt et Suresnes. La Première Guerre mondiale sera évidemment un accélérateur de l’industrie aéronautique de l’ouest parisien. À cette époque, Hispano-Suiza se détourne de l’automobile, et lorgne sur l’aéronautique pour participer à l’effort de guerre.

Si elle reprend un temps, la paix revenue, l’automobile, elle l’abandonnera définitivement en 1936 pour se concentrer sur les moteurs d’avion, dont la demande augmente avec les premières (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Gaz : les factures baisseront encore en avril, pour le quatrième mois d’affilée
Déclaration de revenus : voici le barème de l’impôt en 2024
Tourisme : malgré l’inflation, où partir en vacances à petit prix cet été ?
Un couple perd 126 000 euros dans une escroquerie au faux ordre de virement
Chez cette coiffeuse de Chartres, on choisit son prix !