La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,18
    -276,11 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0024 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 572,94
    +185,95 (+0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,41
    +6,08 (+0,94 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Éthiopie: l'armée fédérale s'apprêterait à envahir Mekele

·2 min de lecture

En Éthiopie, le conflit continue dans la province du Tigré, toujours coupé du monde depuis le début des combats le 4 novembre dernier. L'armée fédérale affirme avancer vers la capitale régionale dissidente, Mekele, et s'apprêter à l'envahir. Le Premier ministre Abiy Ahmed a donné trois jours au TPLF, le parti qui dirige la région, pour se rendre, et l'armée a mis en garde les habitants de la ville, ce qui a provoqué une mise en garde de l'ONU.

C'est le langage martial utilisé par le porte-parole de l'armée éthiopienne qui a provoqué l'inquiétude. « Sauvez-vous des attaques d'artillerie et libérez-vous de la junte » du TPLF, a lancé le colonel Dereje Tsegaye à l'adresse des habitants de Mekele, lors d'un point de presse dimanche. « Après quoi, il n'y aura pas de pitié » a-t-il dit.

Auprès de l'agence Reuters, la coordinatrice humanitaire de l'ONU en Ethiopie, Catherine Sozi, s'est aussitôt inquiétée pour « la protection des 525 000 civils vivant à Mekele ».

Laetitia Bader, responsable Human Rights Watch pour la Corne de l'Afrique, a elle aussi prévenu : « Traiter une ville entière comme une cible militaire serait non seulement illégal », a-t-elle réagi sur Twitter, « mais pourrait également être considéré comme une forme de punition collective », c'est-à-dire un crime de guerre.

Alors dans la soirée, le gouvernement éthiopien a tenté de préciser ses intentions. L'armée a fait savoir que le colonel faisait allusion uniquement aux chefs du TPLF. Et un long texte signé par le Premier ministre, Abiy Ahmed, a été publié par une agence gouvernementale. Il assurait que « toutes les mesures de précaution nécessaires ont été prises pour garantir que les civils ne soient pas blessés ».

Il a donné 72 heures au TPLF pour se rendre, c'est-à-dire d'ici mercredi 25 novembre.

► À lire aussi: Conflit du Tigré en Éthiopie: l'étau se resserre autour de la ville de Mekele