La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 195,95
    +694,75 (+1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 478,53
    +42,74 (+2,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

États-Unis: Trump "pense très sérieusement" à se présenter à la prochaine présidentielle

Hugues Garnier
·1 min de lecture
Donald Trump le 28 février 2021  - JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Donald Trump le 28 février 2021 - JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Il ne compte pas rester sur une défaite. Au cours d'un entretien accordé lundi à la chaîne américaine conservatrice Fox News, Donald Trump a confié réfléchir sérieusement à l'idée de se présenter lors de la prochaine élection présidentielle américaine, prévue pour fin 2024.

"J'y pense très sérieusement mais d'un point de vue légal je préfère ne pas en parler, c'est encore un peu trop tôt", répond l'ancien président américain au journaliste Sean Hannity de Fox News.

Donald Trump estime que la prochaine élection présidentielle est encore "dans longtemps" et projette en attendant de s'impliquer dans les échéances électorales plus proches, notamment lors des élections de mi-mandat au Congrès américain.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L'ancien président rattrapé par la justice

S'il s'agit là de sa première interview télévisée depuis son départ de la Maison-Blanche, le 45e président des États-Unis s'était déjà exprimé fin février lors d'un discours adressé depuis la conférence annuelle de l'Union des conservateurs. Il avait alors démenti les rumeurs circulant autour de la création d'un nouveau parti destiné à concurrencer le parti républicain.

L'ancien président est néanmoins dans le viseur de la justice américaine: d'abord dans le cadre d'une enquête menée par la justice de New York qui le soupçonne de possibles fraudes fiscale et bancaire mais également sur les pressions qu'a exercé l'ancien président sur les responsables des élections en Géorgie, l'un des États-clés de la présidentielle de 2020.

Une élection qu'il a une nouvelle fois qualifiée de frauduleuse sur Fox News, là encore sans en apporter la preuve.

Article original publié sur BFMTV.com