La bourse est fermée

Les États-Unis reconnaissent que la Chine ne manipule pas sa monnaie

1 / 2

Les États-Unis reconnaissent que la Chine ne manipule pas sa monnaie

Washington a admis que la Chine et la Corée du Sud ne manipulaient pas leurs monnaies. Mais l'administration Trump a placé les deux pays sous surveillance, comme l'Allemagne, le Japon, la Suisse, et l'Inde.

L'administration Trump a conclu que ni la Chine ni la Corée du Sud ne manipulaient leurs monnaies mais a placé ces pays sous surveillance de même que l'Allemagne, le Japon, la Suisse, et un nouveau venu, l'Inde. Selon un rapport semestriel publié par le Trésor américain, Washington affirme qu'"aucun grand pays partenaire" n'a manipulé sa monnaie, ni rempli les critères d'échanges commerciaux qui pourraient le faire sanctionner par le Congrès.     

Alors que l'administration américaine est en plein bras de fer commercial avec ses grands partenaires, le rapport passe au crible les pratiques de six pays qui accumulent des excédents vis-à-vis des États-Unis. "Malgré l'accélération de la croissance mondiale, le déficit commercial des États-Unis s'est creusé en 2017, surtout parce que la croissance de la demande intérieure de nos grands partenaires est à la traîne par rapport à celle des États-Unis", indique le rapport.  "Des barrières contre le commerce et l'investissement persistent au sein de nombreuses économies", ajoute le document.      

"Risque pour la croissance à long terme"

Sur la Chine, qui n'a pas été officiellement épinglée par le Congrès pour la manipulation du yuan depuis 1994, l'administration Trump constate même que "la monnaie chinoise a évolué vis-à-vis du dollar dans une direction qui devrait aider à réduire le déficit commercial avec les États-Unis". Malgré...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi