Marchés français ouverture 4 h 41 min
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • Nikkei 225

    28 281,04
    +312,05 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0432
    +0,0024 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 884,27
    +287,04 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    16 444,40
    +67,47 (+0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,56
    +5,86 (+1,46 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     

Pour les États-Unis, toutes les raisons sont bonnes pour entretenir le courant antichinois

TINGSHU WANG

L'animosité entre Pékin et Washington ne fait qu'augmenter depuis les 10 dernières années. D'Obama à Biden, en passant par Trump, un véritable consensus antichinois a vu le jour aux États-Unis.

Un cran de plus. Le scénario alimenté par les stratège de Washington sur les deux principales puissances "révisionnistes" - parce qu'elles cherchent à remettre en cause la suprématie de l'ordre international défini par les Etats-Unis - est en partie réalisé. Depuis février, la guerre en Ukraine a donné un nouveau visage au rapprochement sino-russe. Dans les faits, Pékin prend soin de ne pas soutenir ouvertement les actions de la Russie, sans pour autant lâcher son partenaire. Mais la rivalité avec Washington, elle, est clairement exprimée.

Depuis dix ans, les nationalistes dominent le paysage politique en Chine. Susan Shirk, professeure à l'université de Californie de San Diego, souligne "le déraillement" de la montée en puissance de Pékin sur la scène internationale. Selon la sinologue, la situation actuelle est le fruit des excès du régime qui, au lieu de jouer le rôle d'une puissance rassurante et prometteuse, n'a de cesse de provoquer les Etats-Unis. In fine, une animosité réciproque difficilement réversible: "Aujourd'hui, les deux pays sont tellement inquiets l'un de l'autre qu'ils instrumentalisent leur rivalité." Car, aux Etats-Unis, un véritable consensus antichinois a vu le jour dès la fin de l'administration Obama.

Lire aussiComment les espions chinois sont montés en puissance sous Xi Jinping

Une situation irréversible?

Les quatre ans de présidence Trump - sanctions commerciales, invectives régulières au sujet du Covid-19 ont sanctuarisé cette situation de blocage, particulièrement évidente au Congrès. Sous l'impulsion du secrétaire d'Etat Antony Blinken et du conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan, l'administration Biden cultive ses relations avec ses
" vrais" alliés en Europe et en Asie. Et la polarisation de la politique intérieure est telle qu'on voit mal le courant antichinois s'inverser. D'autant que, contrairement à la période précédente, la corde de rappel des milieux d'affaires fonctionne moins. Jessica Chen Weiss, professeure à l'univer[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi