Publicité
Marchés français ouverture 4 h 59 min
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 053,14
    -761,42 (-1,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,0704
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    17 881,37
    -60,41 (-0,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 079,41
    +291,05 (+0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 408,37
    -9,50 (-0,67 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     

États-Unis : le président de la Chambre des représentants visé par une motion de censure

L'élu des Républicains Matt Gaetz, très proche de Donald Trump, a déposé une motion de censure à l'encontre de Kevin McCarthy.

MANDEL NGAN / AFP

Un élu de la droite dure américaine, Matt Gaetz, a déposé ce lundi une motion pour destituer le président républicain de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy. Cette manoeuvre procédurale, très rarement utilisée dans l'histoire parlementaire américaine, s'inscrit dans le sillage de l'adoption samedi par le Congrès d'un budget provisoire pour l'administration, auquel s'opposaient de nombreux conservateurs.

La motion déposée par Matt Gaetz, un élu de Floride, va vraisemblablement déclencher une épreuve de force ces prochains jours à la Chambre des représentants. "Vas-y!", a d'ailleurs immédiatement répondu sur le ton du défi Kevin McCarthy, dans un message sur X (ex-Twitter).

"Risquer mon poste"

Très proche de Donald Trump, Matt Gaetz accuse Kevin McCarthy d'avoir notamment conclu un "accord secret" avec le président Joe Biden sur une possible enveloppe pour l'Ukraine, au milieu de tractations budgétaires. Or l'aile droite du Parti républicain s'oppose vivement au déblocage de fonds supplémentaires pour Kiev, estimant que cet argent devrait plutôt servir à lutter contre la crise migratoire à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

PUBLICITÉ

Ce groupe dispose d'un veto de fait à la Chambre sur un grand nombre de dossiers compte tenu de la très fine majorité républicaine dans cette institution. Kevin McCarthy, "speaker" de 58 ans avait été élu au forceps en janvier, en raison de cette très mince majorité.

Pour accéder au perchoir, il avait dû faire d'énormes concessions avec une vingtaine de trumpistes, dont la possibilité que n'importe quel élu ait le pouvoir de convoquer un vote pour le destituer. Cette initiative fratricide était attendue: Kevin McCarthy, élu au prix de nombreuses tractations avec les trumpistes, avait dit samedi être conscient qu'il risquait son siège.

"Vous savez quoi, si je dois risquer mon poste pour défendre le peuple américain, je le ferai", avait-il assuré.

Afin de conserver son siège, le président républicain de la Chambre pourrait devoir s'appuyer sur les voix de démocrates. Or, chez ces derniers, rien n'est décidé. Des discussions sont en cours à l'échelle du parti de Joe Biden pour décider si Kevin McCarthy mérite, ou non, d'être sauvé.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - France : après le 49.3, la motion de censure examinée vendredi soir