Publicité
Marchés français ouverture 6 h 6 min
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 082,47
    -732,09 (-1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,82 (-0,94 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 308,08
    +504,46 (+0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 390,00
    -27,87 (-1,97 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     

États-Unis: la justice new-yorkaise restitue à l'Italie 14 œuvres d'art pillées et volées

PHOTO D'ILLUSTRATION - MANDEL NGAN © 2019 AFP
PHOTO D'ILLUSTRATION - MANDEL NGAN © 2019 AFP

La justice new-yorkaise a restitué jeudi à l'Italie 14 œuvres d'art pillées et volées, certaines datant de l'Antiquité romaine et grecque, d'une valeur de 2,5 millions de dollars et qui ont fait l'objet d'un trafic international jusqu'aux États-Unis.

La justice de l'État de New York mène depuis plus de deux ans une vaste campagne de restitution d'antiquités pillées dans une vingtaine de pays, qui ont atterri dans des musées et galeries de la mégapole, dont le prestigieux Metropolitan Museum of Art.

Important trafic

Sous l'égide du procureur de l'arrondissement de Manhattan, Alvin Bragg, plus de 700 pièces d'une valeur de plus de 100 millions de dollars ont été rendues depuis un an à 17 pays, dont le Cambodge, l'Inde, le Pakistan, l'Egypte, l'Irak, la Grèce ou l'Italie.

PUBLICITÉ

Les 14 œuvres (certaines vieilles de 2.600 ans) restituées jeudi, lors d'une cérémonie avec le consul général d'Italie Fabrizio Di Michele et les carabiniers italiens, font partie d'un lot de 214 pièces (d'une valeur totale de 35 millions de dollars) rendu à Rome ces sept derniers mois, se sont félicités dans un communiqué les services du procureur Bragg.

Selon le communiqué, les 14 œuvres rendues "avaient été volées et fait l'objet d'un trafic par les trafiquants d'art (italiens) connus Giacomo Medici et Giovanni Franco Becchina et Robert Hecht", marchand d'art américain basé à Paris mort en 2012.

Ces hommes "comptaient sur des gangs de pilleurs de tombes pour voler sur des sites archéologiques bien choisis car mal protégés, autour de la Méditerranée", a dénoncé la justice new-yorkaise.

Article original publié sur BFMTV.com