La bourse ferme dans 40 min
  • CAC 40

    5 806,66
    -3,07 (-0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 697,41
    -10,31 (-0,28 %)
     
  • Dow Jones

    31 440,52
    +49,00 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 706,70
    -26,90 (-1,55 %)
     
  • BTC-EUR

    41 929,82
    +712,50 (+1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 012,04
    +23,94 (+2,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,37
    +1,62 (+2,71 %)
     
  • DAX

    14 020,04
    -19,76 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    6 644,00
    +30,25 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 211,90
    -146,88 (-1,10 %)
     
  • S&P 500

    3 852,37
    -17,92 (-0,46 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3938
    -0,0018 (-0,13 %)
     

Les États-Unis demandent la levée de l’interdiction de WeChat

·2 min de lecture

L'administration de Joe Biden a demandé jeudi à un juge de suspendre l'examen d'une procédure engagée par son prédécesseur pour faire interdire la plateforme chinoise WeChat, après avoir fait de même la veille dans un dossier concernant l'application TikTok. Le ministère du Commerce, qui s'occupe de ces affaires, dit avoir besoin de temps supplémentaire pour étudier certaines décisions prises sous la houlette de Donald Trump.

Dans le cas de WeChat, "le ministère prévoit d'engager une évaluation des raisons ayant justifié" l'interdiction de cette plateforme appartenant à Tencent, est-il expliqué dans un document versé au dossier géré par un tribunal d'appel californien. "Le gouvernement sera alors mieux positionné pour déterminer si les menaces pour la sécurité nationale invoquées dans un décret présidentiel du 6 août, et l'objectif réglementaire de protéger la sécurité des Américains et leurs données, continuent de justifier" les restrictions demandées par Donald Trump, est-il ajouté.

À lire aussi — Taxi, santé, factures… comment l'application WeChat est devenue indispensable en Chine

L'ex-locataire de la Maison Blanche accusait en effet WeChat, une plateforme omniprésente dans la vie des Chinois via ses services de messagerie, de paiements à distance ou de réservations, et TikTok, une application de courtes vidéos particulièrement populaire chez les jeunes, de récolter des données confidentielles, avant de les partager avec Pékin. Les deux entreprises rejettent ces accusations d'espionnage.

Des recours en justice ont empêché l'entrée en vigueur des interdictions prévues par les décrets et les procédures d'appel du gouvernement n'ont pas abouti à ce stade. Dans sa demande déposée jeudi, le ministère du Commerce souligne qu'après son examen du dossier, il pourrait demander à restreindre l'action judiciaire ou retirer complètement l'appel contre la décision prise par un juge en première instance de suspendre l'interdiction demandée par l'administration Trump. Cette dernière (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

7 nouveaux variants du coronavirus découverts aux États-Unis, les scientifiques inquiets de leur contagiosité
Facebook pourrait lancer une montre connectée pour collecter plus de données face à Apple et Google
Cette vidéo de 40 secondes reproduit un milliard d'années de mouvements de la tectonique des plaques
Tinder, Happn, Grindr... Les 10 applis de rencontre les plus utilisées par les Français en 2020
Sur Tinder, les fonctionnalités payantes, c'est bon pour l'ego et ça rapporte gros