Marchés français ouverture 3 h 2 min
  • Dow Jones

    34 869,37
    +71,37 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 969,97
    -77,73 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    30 136,86
    -103,20 (-0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,1697
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 585,83
    +377,05 (+1,56 %)
     
  • BTC-EUR

    36 428,33
    -1 469,71 (-3,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 054,90
    -46,62 (-4,23 %)
     
  • S&P 500

    4 443,11
    -12,37 (-0,28 %)
     

États-Unis: ils découvrent 450.000 abeilles dans les murs de leur nouvelle maison

·2 min de lecture

INSOLITE – C’est l’achat de toute une vie qui tourne au cauchemar. Lorsque Sara Weaver et son mari ont acheté leur maison en décembre dernier, ils n’ont pas réalisé que cela comprenait aussi une colonie de près d’un demi-million d’abeilles.

Sur le papier le bien était pourtant parfait. La famille Weaver a acheté cette maison, en Pennsylvanie, car elle se situait dans leur gamme de prix et était située près de l’école de leurs enfants. Lors de l’acquisition, le vendeur avait bien mentionné que la maison, construite en 1872, avait des abeilles dans les murs, mais le couple ne pensait pas devoir compter sur autant de colocataires.

“Nous ne les avons pas vues quand on a visité la maison, confie la mère de famille à CNN. Nous étions tellement au bon emplacement et dans notre budget que je n’ai pas vraiment posé de questions sur ces abeilles”. Une erreur puisque lorsqu’ils ont commencé leurs travaux, la famille a découvert des centaines de colonies dans les murs.

Pour s’en débarrasser, les Weaver ont engagé Allan Lattanzi, surnommé “Bee Man”, soit “l’homme abeille”, un apiculteur spécialiste des retraits d’abeilles. Et, il s’est avéré que ce n’était pas la première fois qu’il visitait la maison du 19ème siècle. L’ancien propriétaire, décédé depuis, l’avait appelé pour éliminer les nuisibles, mais n’avait pas les moyens de payer l’opération.

Selon l’expert, plus de 450.000 abeilles vivent dans les murs de cette demeure du 19ème siècle et y seraient depuis environ plus de 35 ans. Le processus de retrait des insectes a débuté et devraient durer plusieurs jours

Allan Lattanzi transférera les colonies, y compris la reine, dans sa ferme, Yerkes Honey Farm. Le coût total de retrait et des réparations coûtera à la famille Weaver 12 000 dollars.

À voir également sur Le Huffpost: Covid-19: Le premier chien renifleur a été testé en Alsace

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles