La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 300,70
    +388,14 (+1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1608
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 768,80
    -29,10 (-1,62 %)
     
  • BTC-EUR

    52 896,18
    +2 762,66 (+5,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 446,00
    +39,27 (+2,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,25
    +0,94 (+1,16 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 891,48
    +68,05 (+0,46 %)
     
  • S&P 500

    4 470,17
    +31,91 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3748
    +0,0071 (+0,52 %)
     

Éric Zemmour, un "effet de mode" ? Marine Le Pen "n’a pas peur" de son rival

·1 min de lecture

Éric Zemmour n'est pas encore candidat à l'élection présidentielle. Mais il fait beaucoup de bruit et sème la pagaille à droite, voire même plutôt à l'extrême droite. Le polémiste, qui ne peut plus s'exprimer sur CNews, est crédité de 10 % d'intentions de vote au premier tour selon un dernier sondage Harris Interactive, relayé par L'Obs. Sur ces 10 %, 4 points proviendraient d'électeurs de Marine Le Pen qui, si Éric Zemmour n'entrait pas dans la danse, voteraient certainement pour elle. Autrement dit, si les idées d'Éric Zemmour dérangent, elles parviennent à séduire une certaine branche des électeurs d'extrême droite. Cette perspective ne semble pas effrayer la candidate du RN pour autant.

"Je n'ai peur de rien, monsieur", a-t-elle clamé haut et fort la dernière fois qu'elle l'a croisé, rapporte L'Obs. "Je ne crois pas à ta théorie. Les Français n'attendent pas un Donald Trump", lui aurait-elle même lancé. Pour elle, si Éric Zemmour parvient à obtenir ses 500 signatures de maires, il n'ira pas bien loin pour autant. "On en a beaucoup connu des 'troisièmes hommes' lors d'une présidentielle. Des effets de mode", a-t-elle souligné auprès de L'Obs. Et les effets de mode, ça passe.

En faisant référence au "troisième homme", Marine Le Pen semble penser à ces anciens candidats, persuadés de pouvoir déjouer les pronostics, et de faire tomber la gauche ou la droite au second tour de l'élection présidentielle. Des hommes politiques comme Nicolas Dupont-Aignan, pour ne citer que lui, qui (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Valeria Bruni-Tedeschi : "Je n'arrive pas à adhérer à certaines conséquences du mouvement #MeToo"
VIDÉO - Bernard Montiel au bord des larmes après un témoignage poignant dans Le 6à7
Nicole Coste, ex d'Albert de Monaco : pourquoi elle ne se cache plus
Nolwenn Leroy et Arnaud Clément : pourquoi leur couple a surpris la chanteuse elle-même
Christophe Castaner très sévère au sujet d'Eric Zemmour : « Politiquement, il n'est rien »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles