Publicité
Marchés français ouverture 1 h 6 min
  • Dow Jones

    38 778,10
    +188,94 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    17 857,02
    +168,14 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    38 403,11
    +300,67 (+0,79 %)
     
  • EUR/USD

    1,0724
    -0,0012 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 903,97
    -32,15 (-0,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 206,80
    -683,70 (-1,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,60
    -20,56 (-1,48 %)
     
  • S&P 500

    5 473,23
    +41,63 (+0,77 %)
     

Éric Dupond-Moretti au cœur d'une polémique suite à des propos sexistes envers des journalistes

BEST IMAGE

Éric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, défraie à nouveau la chronique. Un enregistrement diffusé le 29 août 2023 par la cellule investigation de Radio France a révélé des propos polémiques tenu par le ministre, hors caméra. Des paroles qui ont provoqué un tollé dans le milieu médiatique. Ceux-ci ont été prononcés dans le Cantal, alors que le ministre de la Justice se rendait au tribunal d'Aurillac, qui a récemment été cible de vandalismes. Le 28 août 2023, lors de son passage au palais de justice, Éric Dupond-Moretti a fait un commentaire à des journalistes femmes qui a été largement critiqué. Le tribunal avait été partiellement incendié lors de manifestations dénonçant l'arrestation de Marina, une femme verbalisée pour "exhibition sexuelle" après s'être baladée seins nus en ville. Marina a déclaré avoir fait cela parce qu'il faisait "hyper chaud" et qu'elle voulait agir "comme la moitié des hommes" qui se promenaient alors torse nu. Le ministre a déclaré, après l'extinction des caméras : "Je constate que, parmi les journalistes femmes qui m'ont interrogé, personne n'était devant moi les seins nus, hein. Il ne faisait pas assez chaud ?"

Le cabinet d'Éric Dupond-Moretti s'est défendu en disant que ces propos avaient été sortis de leur contexte. Selon eux, quand le ministre a déclaré qu'"il ne faisait pas assez chaud", il répondait à une boutade d'un journaliste présent sur les lieux. Toutefois, la Société des Journalistes (SDJ) de TF1 et de BFM, ont dénoncé ces propos comme (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite