Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 760,76
    -35,99 (-0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,72
    -43,15 (-3,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0074 (-0,58 %)
     

Éric Ciotti "pas convaincu" après la réunion entre Emmanuel Macron et les chefs de partis

Bertrand GUAY © 2019 AFP

Éric Ciotti a dû avoir une nuit très courte. Sorti vers 3h du matin de la réunion qui s'est déroulé entre Emmanuel Macron et les chefs de partis ce mercredi, le président du parti Les Républicains s'est présenté de bonne heure sur le plateau de France 2 ce jeudi pour livrer sa première réaction publique.

"Au pire il ne se passera rien, au mieux quelques propositions vont prospérer", explique le député des Alpes-Maritimes, indiquant ne pas savoir "sur quoi tout cela va déboucher".

"Violence", "communautarisme", "immigration"

S'il salue un "exercice opportun" face à "un moment de tensions", illustré selon lui par la "violence" des insoumis dans l'hémicycle, Éric Ciotti affiche une "forme de scepticisme" et se dit "pas convaincu". "J'espère que ce ne sera pas qu'une opération de communication", avance le Niçois.

PUBLICITÉ

Lors de cette réunion, le patron de la Rue de Vaugirard a parlé des marottes de son parti: les "questions de violence, "la drogue qui gangrène nos territoires", le "communautarisme" et surtout l'"immigration", sujet sur lequel LR souhaite consulter les Français avec l'organisation d'un référendum.

Sur ce point, "on n'a pas vraiment eu de position très arrêtée du président de la République", assure Éric Ciotti.

Article original publié sur BFMTV.com