La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1320
    +0,0108 (+0,96 %)
     
  • Gold future

    1 785,50
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    47 470,33
    -4 988,38 (-9,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3338
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Équitation - Politique - Loïc Dombreval, président du groupe d'étude parlementaire « Condition Animale » : « On ne veut plus voir ce qu'on a vu à Tokyo »

·4 min de lecture

Le groupe d'étude parlementaire « Condition Animale », dont le député Loïc Dombreval (55 ans, LREM) est le président, a lancé une série d'auditions (d'octobre à décembre) des acteurs des sports équestres. L'enjeu, dans le cadre des JO 2024, est essentiel pour la France Les récents événements ayant donné une image désastreuse de l'équitation à Tokyo ont conduit le groupe d'étude parlementaire « Condition Animale », dont le député Loïc Dombreval (55 ans, LREM) est le président, à lancer une série d'auditions (d'octobre à décembre) des acteurs des sports équestres, dans le cadre d'une commission pour « le bien-être des chevaux de compétition ». L'enjeu, dans le cadre des JO 2024, est essentiel pour la France. Loïc Dombreval, vétérinaire de profession, nous détaille les enjeux et le plan d'action de cette commission. « Est-ce l'impact de ce qui s'est passé aux JO qui a poussé à la création de cette commission pour le bien-être des chevaux de compétition ?
J'ai observé ce qui s'est passé là-bas, et j'ai pu constater les échos extrêmement éruptifs qui ont suivi, sur les réseaux sociaux, et dans divers médias, à juste titre d'ailleurs, après ces scènes inadmissibles qui ont été vues par des millions de personnes. Vous l'avez illustré de façon très efficace dans L'Équipe. On attend d'un cavalier qu'il ait le respect pour son "coéquipier", son cheval. Ce cavalier sans son cheval, il n'est rien, mais il semble parfois l'oublier. Comment va travailler cette commission ?
On va partir de ce qui s'est passé à Tokyo, en sauts d'obstacles, en pentathlon et en concours complet, en interrogeant les différents acteurs de la filière des sports équestres. On veut savoir ce qu'ils pensent de ce qui s'est passé. Et quelles seraient leurs préconisations pour que pendant les prochains JO, qui auront lieu, ici, en France dont je suis le député, avec mes collègues, on ne voit pas se reproduire ce type de spectacle absolument indigne. J'aimerais qu'on arrive à des mesures extrêmement concrètes, avec des moyens humains et financiers qui vont permettre de s'assurer du respect du cheval Qui allez-vous entendre ?
Un panel le plus large possible. On va auditer des vétérinaires spécialisés sur ces questions des chevaux de sport. On va auditionner Grégory Cottard, ce cavalier de haut niveau, dont vous avez fait le portrait dans L'Équipe, qui est extrêmement courageux et intéressant dans son approche. Quand je lis ça, je me dis que ce monsieur peut générer des vocations. On va auditionner aussi les instances, la FFE, la FEI, en la personne de Serge Lecomte (président de la FFE), on va entendre les acteurs des Courses, le Trot, France Galop. On essaye d'avoir un panorama global de tous ceux, toutes celles qui font travailler les chevaux sportivement. lire aussi Toute l'actu de Paris 2024 Finalement, quel sera le pouvoir de cette commission ?
On va se limiter à une série de recommandations. On n'a pas de pouvoir, à mon avis, sur les règlements intérieurs des différentes fédérations. Mais il peut y avoir un aspect législatif qu'on va étudier. Il faut de la sensibilisation, un focus fort, et dénoncer publiquement quand il y a des gens qui se comportent mal. Dans la recherche de la performance, il y a des choses qui dépassent le cadre de ce qui est autorisé. Là-dessus, il faut être intraitable. J'aimerais qu'on arrive à des mesures extrêmement concrètes, avec des moyens humains et financiers qui vont permettre de s'assurer du respect du cheval. Tout ça sera consigné dans un rapport que je remettrai au Ministre des sports, au Comité Olympique. Et à tous ceux qui auront été auditionnés. La tenue de Paris 2024, et le fait que le CIO s'interroge sur la place de l'équitation, rendent cet enjeu-là encore plus pesant ?
Mais bien sûr. Personne n'a intérêt à laisser perdurer des pratiques inacceptables. On ne peut plus voir ce qu'on a vu à Tokyo. Il faut être attentif à tout ça, avant que d'autres personnes ne le soient, dans une logique plus extrémiste et outrancière. Ce serait dommage. Car la relation entre les chevaux et les hommes, dont une majorité qui les aime, peut être merveilleuse ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles