La bourse ferme dans 3 h 50 min
  • CAC 40

    6 223,24
    +14,66 (+0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 985,67
    +9,39 (+0,24 %)
     
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1972
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    1 747,40
    +11,10 (+0,64 %)
     
  • BTC-EUR

    52 192,85
    -1 732,36 (-3,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 363,29
    -12,49 (-0,91 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,02
    -0,13 (-0,21 %)
     
  • DAX

    15 237,11
    +27,96 (+0,18 %)
     
  • FTSE 100

    6 962,13
    +22,55 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • GBP/USD

    1,3774
    -0,0006 (-0,05 %)
     

Une épidémie de gastro fait des ravages dans un train de luxe

Le voyage de rêve s’est transformé en cauchemar après coup. Comme l’explique le Sydney Morning Herald, au moins une centaine de personnes ont été frappées par le norovirus, une forme de gastro-entérite violente, en Australie. Leur point commun ? Elles ont toutes pris l’Indian Pacific. Ce train effectue le trajet entre les villes de Perth et Sydney. Un voyage de 4.352 kilomètres qui dure quatre jours et pour lequel le prix du billet peut grimper jusqu’à 4.799 dollars australiens, soit environ 2.846 euros.

A ce prix, le "Platinum Service" propose des suites spacieuses, un service "discret et personnalisé, ainsi que des mets et des vins de classe mondiale", selon le site officiel de la compagnie. Une centaine de cas de gastro ont été signalés entre les 8 et 30 septembre derniers. "Je vomissais partout", raconte ainsi Lesley Thomson, une femme de 80 ans victime du virus, au journal australien. Elle a dû être brièvement hospitalisée en raison de son état. Au moins une autre personne a également été admise à l’hôpital.

⋙ Lire aussi Australie : le programme vacances-travail (PVT), c'est désormais jusqu'à 35 ans !

L’épineuse question de la compensation financière

Great Southern Rail, la compagnie de tourisme en charge de l’Indian Pacific, a travaillé avec les autorités de santé pour mettre fin à cette épidémie. Les tapis et les rideaux ont été nettoyés à la vapeur et des gels hydroalcooliques ont été distribués aux voyageurs notamment. Des mesures qui semblent avoir porté leurs fruits, puisqu’aucun nouveau cas de maladie n’a été signalé à l’issue des trois derniers voyages. "La santé et le bien-être des clients sont primordiaux et nous avons agi rapidement pour répondre à cette situation", explique un porte-parole de la société.

⋙ Lire aussi L’énorme bourde de la banque d’Australie sur ses nouveaux billets

Il reste désormais un dernier point épineux à régler : il concerne l’éventuelle compensation financière à verser aux personnes atteintes par ce virus. Lesley Thomson raconte

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Notre myopie fiscale fait des ravages”
Nestlé va lancer des KitKats "de luxe"
Et maintenant, le sac de luxe dans lequel on ne peut rien mettre
Une star d'Hollywood fait la promotion de Boursorama
Mode: peau de saumon et feuilles d'ananas pour des matériaux de luxe responsables