Marchés français ouverture 8 h 15 min

"Épidémie ou pas, la France allait droit vers la récession en 2020"

Oui, le coronavirus est un choc exogène et imprévu, un de ces cygnes noirs identifiés par Nassim Taleb. Son impact parallèle sur l’offre et la demande devrait faire perdre 2 points de croissance par mois de confinement. Sans parler de son effet pendant plusieurs trimestres sur l’activité, qui ne peut retrouver immédiatement son niveau de début d’année. Et d’aucuns d’observer l’écroulement des marchés financiers, la mécanique en apparence inéluctable du gel de toute l’économie, et de qualifier (oui, on entend cette petite musique de la part d’investisseurs et de chefs d’entreprise) ces réactions de disproportionnées, ou d’appeler de manière indécente aux bonnes affaires. Alors, perçons ici le voile de la fumisterie de certains économistes et politiques.

Coronavirus ou pas, l’économie française s’acheminait vers une récession cette année : à partir d’un pic de croissance mondiale atteint fin 2017 (se soldant par une croissance de plus de 2% en France), notre économie, en particulier plus récemment l’indice PMI de l’activité industrielle, ne cessait de ralentir. Sur le dernier trimestre 2019, elle était même en contraction de 0,1% et le premier trimestre avait du mal fin février à s’acheminer vers une croissance positive, laissant craindre une récession officielle (deux trimestres de recul consécutif du PIB) dès fin mars. Le cœur industriel de l’Europe, principalement allemand, était déjà en contraction et aurait inéluctablement entraîné notre économie dans son sillage.

>> A lire aussi - Croissance molle, inflation… “le monde mettra des années à se relever de la crise !”

Le coronavirus représente bien sur un trou béant (mais temporaire) dans nos économies, et il nous mène au bord de l’abysse de la très forte récession ou même de la dépression : mais sans lui, la récession aurait été quand même avec nous en 2020. Ce caractère “naturel” de la récession doit d’ailleurs nous amener aux conditions du redressement : ceux qui attendent après la période de confinement un rattrapage

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le compte épargne-temps bientôt plus intéressant pour les fonctionnaires
À Londres, des bornes de recharge électrique dans les lampadaires !
SFR : Altice, le groupe de Patrick Drahi, vise un bond des ventes en 2020
La CFDT exhorte nos multinationales à ne pas verser de dividendes, par solidarité
Levi's, une marque qui a connu des bas... et des hauts !