Marchés français ouverture 7 h 53 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 331,37
    +518,77 (+1,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,2067
    +0,0058 (+0,48 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 778,49
    -931,23 (-1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 468,60
    -2,81 (-0,19 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

Énergie : pourquoi le cours des matières premières s’envole

Par Michel Revol
·1 min de lecture
Usine de cuivre du leader mondial, Nornickel, dans la région de Mourmansk.  Le cours du minerai est au plus haut depuis dix ans.
Usine de cuivre du leader mondial, Nornickel, dans la région de Mourmansk. Le cours du minerai est au plus haut depuis dix ans.

On l'appelle le « docteur copper ». Le cuivre (copper) est un excellent baromètre de l'économie mondiale, parce qu'il est utilisé partout, des circuits électroniques aux batteries en passant par le bâtiment. Quand ça va mal, il plonge ; quand ça va mieux, il grimpe. Ces temps-ci, ça va bien, très bien même, pour le docteur copper : son cours évolue autour des 10 000 dollars la tonne, pas loin de son record historique de 10 190 dollars atteint le 15 février 2011. Goldman Sachs estime même que la tonne du minerai pourrait atteindre 15 000 dollars en 2025 !

Évidemment, les experts mettent cette bonne santé sur le compte de la faiblesse du dollar, qui offre des opérations d'achat de cuivre à bon compte. Mais, plus largement, la perspective de reprise économique explique l'entrain du minerai, et de nombreuses autres matières premières comme l'aluminium, qui a gagné près de 20 % depuis le début de l'année. Autre indice : l'indice Bloomberg des matières premières a retrouvé son plus haut niveau depuis 2018, après avoir atteint son plus bas depuis quarante-cinq ans l'année dernière.

À LIRE AUSSILe négoce en matières premières ne connaît pas la crise

L'horizon du pétrole est un peu sombre

Depuis quelques semaines, les investisseurs sortent le champagne. Les perspectives de sortie de crise se concrétisent. Le FMI vient de rehausser ses estimations : les États-Unis devraient connaître une hausse de leur PIB de 6,4 % en 2021, soit la plus importante depuis une quarantaine [...] Lire la suite