Publicité
Marchés français ouverture 2 h 4 min
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,53 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,24 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 850,61
    +254,14 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 844,89
    -183,63 (-1,02 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 804,26
    -1 374,12 (-2,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 296,12
    -64,21 (-4,72 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     

Pour Élisabeth Borne, le maire de Saint-Brévin a été victime de "groupuscules d'extrême droite"

Pour Élisabeth Borne, le maire de Saint-Brévin a été victime de "groupuscules d'extrême droite"

Victime de "groupuscules d'extrême droite". La Première ministre Élisabeth Borne a de nouveau réagi à la démission la semaine dernière du maire de Saint-Brévin-les-Pins, Yannick Morez, après l'incendie de son domicile. La cheffe du gouvernement a également réitéré le soutien du gouvernement ainsi que celui de "la très grande majorité" des députés envers l'édile, ce mardi à l'Assemblée nationale.

Actes "inqualifiables"

"S'en prendre à un élu, quel que soit son mandat, quelle que soit son étiquette, c'est s'en prendre à la République", a dénoncé la Première ministre lors des traditionnelles questions au gouvernement au Palais Bourbon. Ces actes sont "inacceptables, inqualifiables", selon elle.

"Yannick Morez a été victime de la vindicte, du harcèlement, des intimidations de groupuscules d'extrême droite", a ajouté Élisabeth Borne.

PUBLICITÉ

Le domicile du maire avait été incendié en mars, en lien avec le déménagement vivement contesté près d'une école maternelle d'un centre d'accueil pour demandeurs d'asile existant depuis 2016 dans cette commune de Loire-Atlantique. "Le gouvernement est à ses cotés et je sais que la très grande majorité d'entre vous le soutient", a déclaré la Première ministre face aux députés présents.

Lancement d'un "centre d'analyse et de lutte"

"Je suis consciente que condamner ne suffit pas, et mon gouvernement prend à bras le corps la question ds violences envers les élus", a assuré Élisabeth Borne, indiquant que préfets, policiers ou gendarmes "sont aux côtés des élus".

La ministre chargée des Collectivités territoriales Dominique Faure lancera, mercredi, le "Centre d'analyse et de lutte des atteintes aux élus", pour "mieux intervenir en amont" dès les premières menaces et sanctionner les auteurs. Élisabeth Borne recevra par ailleurs mercredi le maire démissionnaire de Saint-Brévin-les-Pins.

Article original publié sur BFMTV.com