Publicité
Marchés français ouverture 4 h 18 min
  • Dow Jones

    36 245,50
    +294,60 (+0,82 %)
     
  • Nasdaq

    14 305,03
    +78,83 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    33 216,05
    -215,46 (-0,64 %)
     
  • EUR/USD

    1,0887
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    16 762,59
    -67,71 (-0,40 %)
     
  • Bitcoin EUR

    37 442,25
    +1 291,48 (+3,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    802,76
    +11,20 (+1,41 %)
     
  • S&P 500

    4 594,63
    +26,83 (+0,59 %)
     

Élections en Turquie : Erdogan devancé par Kiliçdaroglu, affirme ce dernier

 Recep Tayyip Erdogan, ici le 27 avril 2023, n’abordait pas en position de force la présidentielle contre Kemal Kiliçdaroglu.
Recep Tayyip Erdogan, ici le 27 avril 2023, n’abordait pas en position de force la présidentielle contre Kemal Kiliçdaroglu.

TURQUIE - Les chiffres officiels le donnent derrière. Mais le candidat l’opposition turque à la présidence Kemal Kiliçdaroglu a affirmé dimanche 14 mai être « en tête » du scrutin devant le président Recep Tayyip Erdogan.

« Nous sommes en tête », a-t-il affirmé sur Twitter, contestant les chiffres de l’agence officielle Anadolu qui accorde 52,5% des voix au chef de l’État après le dépouillement de plus de 40% des bulletins. Le troisième candidat Sinan Ogan, un dissident du parti nationaliste MHP, se situerait autour de 5% des voix.

Le maire CHP d’Istanbul Ekrem Imamoglu, prenant la parole au siège du parti à Ankara et précisant s’exprimer « au nom de Kemal Kiliçdaroglu », a appelé les citoyens « à ne pas tenir compte des chiffres donnés par Anadolu ».

« Nous ne croyons pas Anadolu », a-t-il dit, agence de presse selon lui « sous respirateur artificiel depuis 2019 » et qui « a perdu toute respectabilité ». Une allusion à la tutelle du pouvoir sur les principaux grands médias turcs. La chaîne proche du CHP Halk TV a diffusé dimanche soir des chiffres donnant une légère avance à Kemal Kiliçdaroglu, 47,71% contre 46,5% à Recep Tayyip Erdogan.

Plus d’informations à suivre…

À voir également sur Le HuffPost :

Turquie : la députée Sandra Regol voulait suivre la présidentielle, elle dit avoir été refoulée à Istanbul

Turquie : cet allié d’Erdogan n’aurait pas dû dire ça à la veille de la présidentielle