La bourse ferme dans 5 h 23 min
  • CAC 40

    6 222,90
    +14,32 (+0,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 985,49
    +9,21 (+0,23 %)
     
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 747,80
    +11,50 (+0,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 434,09
    -1 576,50 (-2,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 373,69
    -2,09 (-0,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,85
    -0,30 (-0,48 %)
     
  • DAX

    15 237,51
    +28,36 (+0,19 %)
     
  • FTSE 100

    6 955,38
    +15,80 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • GBP/USD

    1,3784
    +0,0003 (+0,02 %)
     

Élections régionales : les centristes sont en train de lâcher la Macronie

·1 min de lecture

Un peu moins de 100 jours nous sépare désormais des prochaines élections régionales.

Il n’y a pas que la présidentielle dans la vie politique. Il y a aussi des élections régionales et elles seront, cette année peut-être, plus importantes qu’elles n’ont jamais été. Parce qu’elles serviront de test grandeur nature avant la grande confrontation de 2022. C’est là, en particulier, que l’on va pouvoir observer ce qu’il advient des alliances telles qu’elles ont été scellées depuis des années pour diriger la plupart des régions. Le problème, c’est que l’actuelle majorité En Marche n’en contrôle aucune.

Son objectif va être de renverser des alliances ?

Oui, ou à tout le moins de traduire au niveau régional ce qui se fait déjà au plan national. L’exemple le plus parlant est celui du Modem. Depuis quatre ans, ce parti centriste peut revendiquer sa part dans l’élection d’Emmanuel Macron en 2017 (on se souvient du poids que François Bayrou avait jeté dans la bagarre). Ce parti est donc devenu l’appoint indispensable à la République en Marche qui, elle, a vu ses effectifs se réduire comme banquise sous les trous de la couche d’ozone. À l’Assemblée nationale, c’est un fait, le Modem aide à faire voter les lois. C’est parfois laborieux, mais ça passe. Ni une ni deux, le parti la République en Marche s’est mis en tête de susciter une alliance aux prochaines élections régionales avec le Modem, comme avec d’autres micro-partis qui gravitent dans son entourage.

Ils gouvernent le pays ensemble, il...


Lire la suite sur Europe1