Publicité
Marchés français ouverture 6 h 53 min
  • Dow Jones

    39 853,87
    -504,22 (-1,25 %)
     
  • Nasdaq

    17 342,41
    -654,94 (-3,64 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0841
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    17 311,05
    -158,35 (-0,91 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 362,83
    -510,72 (-0,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 341,88
    -24,01 (-1,76 %)
     
  • S&P 500

    5 427,13
    -128,61 (-2,31 %)
     

Un élément d'Apollo 17 provoquerait des secousses sur la Lune

PIXABAY

Depuis des décennies, il est connu que la Lune est sujette à des tremblements, une information confirmée grâce aux sismomètres installés lors de la mission Apollo 17 dans les années 1976 et 1977. Auparavant, les scientifiques attribuaient ces secousses aux variations naturelles de température. Cependant, une récente étude parue dans le Journal of Geophysical Research a révélé que la moitié de ces tremblements était en réalité causée par la présence humaine sur le satellite.

Selon l'auteur de l'étude, le chercheur de la Nasa Francesco Civilini, une grande partie de ces secousses est liée à la base de l'atterrisseur d'Apollo 17, qui a été laissée sur place. L'étude a permis de constater que ces tremblements se produisaient tous les matins à la même heure, avec une signature sismique distincte des secousses survenant le soir. Les chercheurs ont ainsi pu localiser leur origine : lorsque la température augmente, la structure de l'atterrisseur se dilate, provoquant des grincements qui génèrent les fameuses vibrations captées par les sismomètres.

Cette découverte revêt une importance cruciale pour l'agence spatiale, qui souhaite mieux comprendre l'impact des variations de température à la surface de la Lune. En effet, les températures peuvent varier de +120 à -248 °C sur le satellite naturel. Ces connaissances seront essentielles pour la Nasa, qui prévoit non seulement d'envoyer de nouveaux astronautes sur la Lune dans les années à venir, avec sa mission Artémis, mais également d'établir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite