Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 841,95
    +35,18 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    16 795,66
    +0,79 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 345,98
    +2 221,64 (+3,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 524,22
    +35,68 (+2,40 %)
     
  • S&P 500

    5 310,11
    +1,98 (+0,04 %)
     

Une élève victime d’insultes transphobes : son harceleur arrêté et menotté en plein cours

PEXELS - Katerina Holmes

Une affaire extrêmement rare, si ce n'est inédite, qui pourrait en dissuader plus d'un. Mardi 19 septembre 2023, un élève d'un collège d'Alfortville (Val-de-Marne) a été arrêté en plein cours, pour des menaces et insultes à caractère transphobe. Les propos, qui visaient une jeune fille transgenre inscrite dans un autre établissement de la ville, ont été prononcés par le jeune garçon dans une boucle Instagram, selon les informations du Parisien. Vers 16 heures, cinq fonctionnaires de police ont fait irruption dans la salle de classe du collégien, préalablement identifié grâce à son pseudonyme dans la conversation de groupe. Interrogés par nos confrères, des élèves ont raconté avoir été surpris par cette intervention. "Ils lui ont dit on vous arrête pour harcèlement et menaces de mort. Ils lui ont mis les menottes, puis on l'a entendu crier dans les couloirs. On a tous été choqués". Certains élèves ont même affirmé : "On ne serait cru dans un film".

Placé en garde à vue, l'adolescent a reconnu les faits mardi 19 septembre 2023. "Il a été déféré pour menaces de mort et violences volontaires psychologiques ayant entraîné un arrêt inférieur à huit jours, en raison de l'orientation sexuelle", selon les propos du parquet de Créteil rapportés par Le Parisien, avant d'ajouter que le collégien sera convoqué dans un second temps "en vue de la mise en œuvre d'une mesure de réparation pénale". Les menaces de mort et l'incitation au suicide auraient justifié l'intervention rapide des forces (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite