La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    28 481,75
    +809,84 (+2,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Église : une religieuse française dans la tempête face au Vatican

·1 min de lecture

Avec seulement une dizaine de cas par an dans le monde, la sanction est rarissime dans l’Église. Dans la communauté des dominicaines de Pontcallec, dans le Morbihan, une religieuse a été expulsée définitivement de sa communauté. La sanction vient d’être validée par le Vatican. Mais la religieuse elle-même ignore le motif invoqué.

>>Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Cet automne, la sœur Marie Ferréol est contrainte par des émissaires du Vatican de quitter manu militari la communauté religieuse bretonne dans laquelle elle vit depuis 34 ans. Elle a été exfiltrée en paria, sans même pouvoir récupérer ses affaires. 

Son avocate dénonce un simulacre de justice canonique

Cette exclaustration, selon le terme employé dans le droit de l’Église, vient tout juste d’être confirmée, sans donc, que la religieuse n’en connaisse les motifs exacts. Rien de plus qu’une "faute grave", sans rapport avec des affaires de mœurs ou de sexualité.

Sur Europe 1, son avocate Adeline Le Gouvello ironise, disant que sa cliente a au moins éviter le bucher. Mais dénonce un simulacre de justice canonique. "Dans un autre temps, on avait finalement de meilleures garanties. Par exemple, au temps de l'Inquisition, il y avait un vrai procès avec des avocats", cingle-t-elle. "Mais en général, nous nous sommes systématiquement heurté à un mur."

Une querelle théologique ?

Aujourd’hui plus aucun recours n’est possible pour la religieuse. Un irrespect total du droit ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles