La bourse ferme dans 4 h 49 min
  • CAC 40

    6 258,28
    +24,14 (+0,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 014,56
    +21,13 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1989
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 774,00
    +7,20 (+0,41 %)
     
  • BTC-EUR

    50 664,43
    -2 152,79 (-4,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 350,60
    -30,35 (-2,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,56
    +0,10 (+0,16 %)
     
  • DAX

    15 403,21
    +147,88 (+0,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,99
    +49,49 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3789
    +0,0005 (+0,04 %)
     

Égalité femmes-hommes en France: des entreprises montrées du doigt

·2 min de lecture

Une cinquantaine d'entreprises françaises obtient pour la troisième année une très mauvaise note en terme d'égalité femmes-hommes. Celles-ci s'exposent à des sanctions pouvant aller jusqu'à 1% de la masse salariale.

Il y a encore quelques mauvais élèves en France en terme d'égalité professionnelle femmes/hommes. Cinquante-trois entreprises de 250 à 1 000 salariés enregistrent une note inférieure à 75 points pour la troisième année consécutive. Elles seront contactées par les Directions régionales du travail puisqu' elles sont ainsi redevables financièrement envers l'État français. En 2019, 17 500 interventions en entreprise, ont entraîné 300 mises en demeure et 11 pénalités financières.

Problème de la parité dans les fortes rémunérations

Les augmentations au retour de congé maternité, une obligation qui existe depuis 2006, ne sont pas respectées dans 13% des cas. Cela concerne plus de 3 000 entreprises selon le ministère du Travail. Davantage de contrôles seront donc effectués afin de rattraper ces augmentations non effectuées. Autre point qui pêche, la parité dans les dix plus grosses rémunérations de l'entreprise. Pour faire progresser cette question, une proposition de loi pourrait imposer des quotas de femmes dans les organes de direction des entreprises.

Depuis 2019, les entreprises de plus de 250 salariés ont l'obligation de publier leurs résultats en terme d'égalité professionnelle femmes/hommes. Cet index est évalué selon plusieurs critères.

  • l'écart de rémunération femmes-hommes (40 points)

  • l'écart dans les augmentations annuelles (20 points)

  • l'écart dans les promotions (15 points)

  • les augmentations au retour de congé maternité (15 points)

  • la présence de femmes parmi les plus gros salaires de l'entreprise (10 points)

Le tout donne une note sur 100. On peut d'ailleurs retrouver les notes globales sur le site du ministère du Travail. Pour les entreprises de 50 à 250 salariés, cette obligation d'afficher les efforts fournis en matière d'égalité date de mars 2020.

► En savoir plus sur l'index de l’égalité professionnelle

(avec AFP)