Publicité
La bourse ferme dans 1 h 49 min
  • CAC 40

    7 588,98
    -39,82 (-0,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 901,85
    -13,62 (-0,28 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,90
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0745
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    2 344,10
    -2,80 (-0,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 581,33
    +307,75 (+0,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 385,05
    +47,30 (+3,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,57
    0,00 (0,00 %)
     
  • DAX

    18 102,04
    -29,93 (-0,17 %)
     
  • FTSE 100

    8 208,17
    +16,88 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • GBP/USD

    1,2719
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Éducation: Macron veut "une formation dès l'après-bac" pour les enseignants

Ludovic MARIN / AFP

Emmanuel Macron veut "une formation dès l'après-bac" pour les enseignants, afin de permettre aux jeunes d'être formés plus tôt à ce métier, et a demandé au ministre de l'Éducation nationale, Gabriel Attal, de travailler sur ce sujet, a-t-il annoncé vendredi.

"Ce que j'ai demandé au ministre, c'est de travailler sur la formation. Ce que nous voulons faire, c'est aussi une formation dès l'après-bac, professionnalisante, plus visible, qui va nous permettre de mieux planifier nos besoins, et en quelque sorte de revenir à un système qu'on connaissait par le passé, qui fonctionnait, qui est un peu celui des Ecoles normales", a indiqué le chef de l'État lors d'un déplacement pour la pré-rentrée des enseignants dans un lycée professionnel d'Orange (Vaucluse).

Un travail "dans les mois qui viennent"

"Il faut qu'on puisse permettre à nos jeunes bacheliers et bachelières qui veulent aller vers ce beau métier d'être formés aux savoirs fondamentaux nécessaires au métier d'enseignant dès l'après-bac, d'avoir une formation intégrée, ce qui nous permettra aussi par rapport aux besoins qu'on connaît d'ici 3, 4, 5 ans d'avoir le bon système de recrutement et pas simplement d'ouvrir des concours année après année", a-t-il ajouté.

PUBLICITÉ

Un peu plus tôt, lors d'une visio-conférence avec des chefs d'établissements de lycées professionnels, le président Macron avait déjà indiqué avoir demandé au ministre de "travailler" à ce dispositif "dans les mois qui viennent", pour "qu'on puisse le monter au printemps et le déployer".

Un système qui crée de la "frustration"

"Je pense que nous avons besoin de complètement changer le système de recrutement de nos enseignants", avait-il ajouté, sans préciser si ce nouveau dispositif concernerait les enseignants du premier et du second degré et s'il serait la seule voie possible de formation.

"En recrutant post-bac, on donne de la visibilité à des bacheliers intéressés par le métier d'enseignant, on les accompagne", avait-il développé.

"Et on limite l'un des phénomènes qu'on a aujourd'hui, qui parfois crée de la frustration et qui est à mon avis sous-efficace, c'est-à-dire d'avoir certains de nos enseignants qui rentrent après un cursus universitaire qui est totalement disproportionné et parfois décorrélé avec ce qu'ils vont faire".

Les concours de recrutement des enseignants ont actuellement lieu en seconde année de master, soit cinq années après l'obtention du baccalauréat. Face à la pénurie de candidats aux concours enseignants, le précédent ministre de l'Education Pap Ndiaye avait indiqué en juin qu'il voulait ramener le concours de recrutement des professeurs des écoles à bac +3 "en 2025".

Article original publié sur BFMTV.com