Marchés français ouverture 8 h 14 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1947
    +0,0023 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    27 161,56
    +424,94 (+1,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    767,68
    -26,65 (-3,36 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Les éditeurs de logiciels européens fortement valorisés par rapport aux États-Unis

·5 min de lecture

Une étude de Bryan, Garnier & Co réfute une prétendue moins-value sur les marchés boursiers européens

  • Résultat surprenant d'une analyse des données de Refinitiv sur 95 entreprises européennes et 97 entreprises américaines de logiciels, dont 29 et 67 fournisseurs de SaaS, respectivement

  • Par rapport aux États-Unis, les entreprises européennes affichent une prime de valorisation de 9 % en moyenne lorsque les multiples de revenus sont pondérés par le taux de croissance moyen attendu sur trois ans (TCAM)

  • Le succès boursier est en fin de compte indépendant de la bourse choisie

La banque d'investissement européenne Bryan, Garnier & Co a présenté aujourd'hui une étude réfutant clairement la sous-évaluation structurelle généralisée des éditeurs de logiciels européens. Si l'on rapporte les multiples habituels EV/ventes (valeur de l'entreprise / ventes prévues pour l'année suivante) au taux de croissance moyen prévu sur trois ans (TCAM), les fournisseurs de logiciels européens se négocient même à une prime d'évaluation d'environ neuf pour cent (huit pour cent dans le cas des fournisseurs de SaaS) en comparaison avec leurs concurrents américains.

Dans le cadre de cette analyse, l'analyste logiciel Gregory Ramirez a comparé les valorisations de l'ensemble des 95 éditeurs de logiciels cotés en Europe et des 97 éditeurs cotés aux États-Unis entre 2006 et 2020, pour lesquels Refinitiv dispose de données historiques de consensus d'analystes. Ces sociétés regroupent 29 éditeurs européens et 67 éditeurs américains de SaaS.

Un examen superficiel des multiples de vente simples fait apparaître que le multiple de 9,9 des fournisseurs américains au cours des 15 dernières années est considérablement plus élevé que celui de 5,6 de leurs concurrents européens. En revanche, si la valeur boursière n'est pas seulement évaluée sur la base du multiple de vente simple, mais que la croissance moyenne1 est prise en compte et que les deux valeurs sont placées l'une par rapport à l'autre, il en ressort alors une image complètement différente. Cela permet de relativiser l'importance des prévisions de ventes pour l'année suivante.

Par exemple, si en avril 2021, l'action Salesforce se négociait à un multiple de revenu de 10 (10x le revenu attendu en 2022) et que la croissance moyenne attendue du revenu (TCAM) pour 2020-2023 est de 20 %, le ratio est de 10 / 0,2 / 100 et le nouveau ratio calculé est de 0,50. L'analyste a fait ce calcul pour les 15 années jusqu'en avril 2021 et est parvenu à un résultat surprenant, à savoir que les évaluations des sociétés de logiciels sur les bourses européennes ne sont pas seulement égales à celles des sociétés cotées aux États-Unis, elles sont même légèrement supérieures. Pour les Européens, il en résulte une valorisation moyenne supérieure de 9 % à celle de leurs concurrents américains. Le même principe appliqué aux 29 ou 67 fournisseurs de SaaS cotés (aux États-Unis) sur une période de quatre ans produit presque le même résultat : ici, la prime moyenne est de huit pour cent.

Ramirez explique : "Cette représentation est beaucoup plus proche de la réalité de la valorisation boursière. Cette pondération par le taux de croissance moyen normalise les multiples et relativise ainsi l'importance des attentes de croissance à court terme pour une seule année."

L'étude révèle également que les écarts entre les valorisations individuelles des fournisseurs de logiciels cotés en Europe sont plus marqués que ceux de leurs concurrents américains. Cette dispersion ne saurait s'expliquer par un nombre important de sociétés déficitaires parmi les fournisseurs de logiciels européens, ni par la liquidité de leurs actions. En effet, contrairement à un autre préjugé courant, les valeurs logicielles européennes les mieux valorisées ne sont pas toujours les plus liquides et ne sont pas nécessairement cotées sur les marchés les plus liquides.

La valorisation ne relève pas du marché boursier

Bryan, Garnier & Co expliquent que l'hétérogénéité de la valorisation des fournisseurs européens de logiciels est la conséquence de modèles économiques, d'antécédents et de gouvernance d'entreprise très différents. Qui plus est, le degré de maturité des entreprises européennes est très différent, alors que les entreprises américaines ont presque toujours un long processus de maturation avec de nombreux tours de financement derrière elles avant leur entrée en bourse.

"Cela démontre clairement que la localisation de la bourse n'est pas décisive pour l'évaluation d'une société de logiciels. Tout repose sur la qualité du modèle économique et de la gestion, le degré de maturité et les résultats obtenus jusqu'à présent", explique Greg Revenu, associé gérant de Bryan, Garnier & Co. C'est une donnée importante, dit-il, "car pour les Européens, une introduction en bourse aux États-Unis est généralement associée à de nombreuses difficultés." Pierre Kiecolt-Wahl, associé et responsable ECM chez Bryan, Garnier & Co ajoute : "Si le succès boursier des entreprises européennes de logiciels est en définitive indépendant de la bourse choisie, il n'y a pas le moindre argument contre une introduction en bourse sur une bourse européenne."

WEBINAIRE :

Debunking the software valuation gap: European software companies going public in the US (Démystifier l'écart d'évaluation des logiciels : Les sociétés européennes de logiciels s'introduisant en bourse aux États-Unis)
Bryan, Garnier & Co organisera un webinaire le jeudi 27 mai, de 10h CET à 10h45, pour aborder plus en détail les conclusions du rapport. Rejoignez-nous >>

À propos de Bryan, Garnier & Co (www.bryangarnier.com)

Bryan, Garnier & Co est une banque européenne d'investissement indépendante fondée en 1996 qui offre un service complet axé sur la croissance. La société fournit des services de recherche sur les actions, de vente et de négociation, de levées de fonds privés et publics ainsi que de fusions-acquisitions aux entreprises de croissance et à leurs investisseurs. Elle se concentre sur les principaux secteurs de croissance de l'économie, notamment la technologie, la santé, les services aux consommateurs et aux entreprises. Bryan, Garnier & Co est un courtier en valeurs mobilières enregistré, autorisé et réglementé par la FCA au Royaume-Uni et par la FINRA aux États-Unis. Bryan, Garnier & Co a son siège à Londres et des bureaux à Paris, Munich, Stockholm, Oslo, Reykjavik et New York.

1 TCAM - dans ce cas, une moyenne mobile sur trois ans des taux de croissance prévus pour l'année en cours et les deux années suivantes

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20210526005890/fr/

Contacts

FRANCE - Profile
Margaux Frantz – Caroline Matuszewski
+33 1 56 26 72 23 / 32
mfrantz@agence-profile.com
cmatuszewski@agence-profile.com

Allemagne – Advice Partners
Regine Petzsch
+49 175 935 2860
regine.petzsch@advicepartners.de

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles