Marchés français ouverture 1 h 45 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 613,73
    +371,52 (+1,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,2099
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    29 480,46
    +617,69 (+2,14 %)
     
  • BTC-EUR

    30 127,37
    -45,62 (-0,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    717,27
    -17,88 (-2,43 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Écran intégré ou pas ? Mercedes tranche la question de manière spectaculaire

·2 min de lecture

Déçus par l’aspect désinvolte des écrans de la Classe S, mal intégrés à sa planche de bord ? Sur sa variante 100 % électrique EQS, Mercedes les rassemble sous une seule et même vitrine, qui s’étend d’une portière à l’autre. Spectaculaire.

Daimler vient de prendre une longueur d’avance dans la course à l’armement qui oppose Tesla au reste des constructeurs d’automobiles depuis le lancement de la Model S, en 2012. Cette grande berline 100 % électrique a marqué les esprits par l’immense dalle numérique de 17 pouces qui trônait au centre de sa planche de bord dépouillée. Basculée sur sa tranche en format portrait, cette surface tactile dépassait en taille et en résolution tout ce qui avait été vu jusqu’alors à bord d’une automobile. A l’époque, la plupart des écrans dépassaient à peine la taille de celui d’un téléphone. Pire, ils faisaient appel à la technologie résistive plutôt que capacitive. Comprenez que la lenteur de leurs réactions allait de pair avec la faiblesse de leur résolution et une relative fragilité.

Face au conducteur et son passager, une surface numérique large de 141 centimètres

Résolu à dessiner un intérieur qui résisterait au temps qui passe et aux effets de mode, Tesla a fait voilà dix ans le pari de l’instrumentation tout-numérique. Force est de constater que tous les constructeurs lui ont emboîté le pas, avec un bonheur inégal. Mercedes-Benz, notamment, n’a pas recueilli tous les suffrages en faisant le choix de dissocier les écrans de la planche de bord qui les soutient. Les rassembler sous une vitrine verticale et d’allure quelque peu rigide libère la fantaisie des designers, libres de donner des formes organiques et langoureuses à la planche de bord. Une dissociation qui heurte le sens de l’esthétique de certains clients.

La dernière application de cette approche se trouve à bord de la limousine Mercedes-Benz Classe S dévoilée à l’été 2020. L’instrumentation qui niche derrière le volant est clairement dissociée de l’immense dalle verticale qui trône au centre. Sa diagonale de 12,8 pouces correspond à une hauteur de 24 centimètres et une largeur de 22 centimètres : difficile de faire plus grand sans empiéter sur le pare-brise et le genou du passager, dirait-on !

Fini le dédale[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Volkswagen Golf 8 e TSi: Une formidable Golf 7 à l'écran détestablePourquoi le Peugeot 3008 redoute tant l’arrivée du Hyundai Tucson hybrideCette Mercedes s'ouvre d'un geste de la main. Littéralement.Pourquoi Mercedes installe deux charges explosives de plus dans ses voituresHybride et Diesel à la fois : cette Mercedes est l’une des rares à y croire