La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 930,24
    +546,85 (+2,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Un économiste français au FMI: le succès des "Frenchies"

·2 min de lecture

Nommé "chief economist" au Fonds Monétaire International, un poste occupé par son compatriote et mentor Olivier Blanchard de 2008 à 2015, Pierre-Olivier Gourinchas confirme l'éclatant succès des économistes français vivant aux Etats-Unis.

Un de plus! En décrochant une nomination au poste d’économiste en chef du , Pierre-Olivier Gourinchas – "POG" pour les intimes – reprend le flambeau qu’avait porté son compatriote de 2008 à 2015. Il rejoint aussi une liste d’économistes français superstars vivant ou ayant vécu aux Etats-Unis, de Berkeley (Emmanuel Saez, Gabriel Zucman) à New York (Thomas Philippon) en passant par Harvard (Xavier Gabaix, Emmanuel Farhi, Stefanie Stantcheva), sans oublier la prix Nobel (Massachusetts Institute of Technology).

A Washington, Gourinchas, 53 ans, va donc quitter le prestigieux vivier de la côte Ouest, Berkeley, où il a passé une grande partie de sa carrière, pour rejoindre les rives du Potomac. Mais ce virtuose de la macroéconomie devrait se sentir comme un poisson dans l’eau, à Washington: de 2009 à 2016, il a été rédacteur en chef du journal scientifique du FMI. Il étudie depuis longtemps des sujets au cœur de l’action de l’organisation, tel que le système monétaire international. Dans un article de recherche cosigné en 2011, "Réformer le système monétaire international", il juge "souhaitable de favoriser les efforts visant à accélérer la transition vers un monde multipolaire" et non plus dominé par le seul dollar, une idée qu’il a reprise dans de nombreux "papiers", dont un de 2019 où il juge que l’"hégémonie" du dollar n’est pas viable et qu’il faut réfléchir au développement d’un marché liquide et stable de bons du Trésor libellés en euros et en yuans.

Ce natif de Montpellier connait bien les dirigeants de l’institution. Il a été l’un des directeurs de thèse, à Princeton, de Gita Gopinath, à laquelle il succède au poste de chief economist et qui . Et il est familier de la capitale, ayant été en charge des programmes sur la finance et la macroéconomie internationale au Bureau national de recherche économique (NBER). Sa nomination n’a donc rien de surprenant. Son CV (et celui de ses petits camarades) a de quoi impressionner: Louis-le-grand, l’X, L’EHESS, les Ponts, d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles