La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 306,94
    +118,69 (+0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Une économie française en voie de « muséification »

La balance des transactions courantes (somme de la balance commerciale et des services) de la France continue de s'enfoncer en territoire négatif. Elle n'a plus été en excédent depuis 2007.
La balance des transactions courantes (somme de la balance commerciale et des services) de la France continue de s'enfoncer en territoire négatif. Elle n'a plus été en excédent depuis 2007.

La France a dégagé au premier trimestre un excédent de 16,04 milliards d'euros de sa balance des services, selon les données publiées par la Banque de France, contre 4,4 milliards d'euros seulement au cours de la même période de l'année 2021. Une performance historique obtenue principalement grâce aux postes « transports » (+ 6 milliards d'euros) et « voyages » (+ 7,6 milliards d'euros). La levée des restrictions de déplacements permise par l'amélioration de la situation sanitaire s'est traduite par un retour en nombre des touristes étrangers dans l'Hexagone.

L'excédent de la balance des services enregistré au premier trimestre est toutefois loin de compenser le déficit record de 31 milliards d'euros de la balance commerciale, des biens et marchandises, observé au cours de la même période. Sur douze mois cumulés, celui-ci a même atteint en mars la barre symbolique des 100 milliards d'euros, en raison de la flambée de la facture énergétique, mais aussi de l'érosion continue des parts de marché de la France dans le commerce mondial liée à la faiblesse et au manque de compétitivité de notre industrie. Au final, la balance des transactions courantes (somme de la balance commerciale et des services) qui témoigne de l'aptitude de la France à équilibrer ses échanges avec l'extérieur continue de s'enfoncer en territoire négatifElle n'a plus été en excédent depuis 2007.

À LIRE AUSSIComment les politiques de relance provoquent la désindustrialisation

Le contraste ent [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles