La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 126,60
    -1 366,35 (-2,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Les écolos se sont enfermés dans leur dogme antinucléaire

·2 min de lecture

EDITO - Les candidats à la primaire écologiste sont d'accord sur un point: une sortie rapide du nucléaire. Comment expliquer un consensus aussi immuable?

Mon ami Bernard Feillet, admirable prêtre catholique, me dit un jour: "Tu comprends, le pape, il ne peut pas se réveiller un beau matin et annoncer au monde: “Désolé, j’ai perdu la foi”." Les institutions sont prisonnières de leur passé, de leur histoire, de leurs partis pris. L’Eglise a mis deux siècles pour reconnaître que Galilée avait raison s’agissant du mouvement de la Terre, plus de trois siècles pour lui présenter des excuses à la fois publiques et posthumes. Quant à douter de l’existence de Dieu…

Je pensais à cela en lisant les comptes rendus . Les cinq candidats, qui sont loin d’être d’accord sur tout, et c’est normal, le sont, en revanche, : il est indispensable, disent-ils à l’unisson, d’en sortir le plus vite possible. C’est cette inébranlable unanimité qui m’inquiète. Comment expliquer un consensus aussi immuable, depuis cinquante ans, alors que tant de choses entre-temps ont changé, à commencer par le dérèglement climatique? C’est que le passé pèse, chez les Verts comme chez tous, et plus lourd peut-être que l’avenir de la planète. L’opposition au nucléaire, dans les années 1960, fut à la fois le déclencheur et le ciment de l’écologie politique. Mais aujourd’hui, n’est-ce pas en train de devenir son point faible?

Voyez : les quatre scénarios qu’il retient, pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, impliquent tous une augmentation de la part du nucléaire dans le mix énergétique. Si l’on veut éviter la catastrophe climatique, il va certes falloir développer considérablement (lesquelles ne sont pas aussi "propres" que beaucoup l’imaginent), mais aussi, calculent les experts du Giec, que la production d’énergie atomique augmente de 150% à 500% d’ici à 2050, selon les trajectoires envisagées.

Attention aux dogmes

Nos cinq candidats écologistes n’en ont cure. C’est bien sûr leur droit. Mais si l’un d’entre eux, soudain, avait un doute, oserait-il le dire? Aurait-il une chance, s’il en prenait le risque, d’être entendu par ses camarades? Ou bien[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles