Marchés français ouverture 1 h 51 min
  • Dow Jones

    34 869,37
    +71,37 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 969,97
    -77,73 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    30 151,19
    -88,87 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1707
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 561,75
    +352,97 (+1,46 %)
     
  • BTC-EUR

    36 440,12
    -1 595,11 (-4,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 057,16
    -44,36 (-4,03 %)
     
  • S&P 500

    4 443,11
    -12,37 (-0,28 %)
     

École de la 2e chance (E2C) : principe, formation et rémunération

·1 min de lecture

Ce dispositif est né en 1995 afin d’assurer l’insertion professionnelle de jeunes motivés, sortis du système scolaire sans qualification depuis au moins un an. Les E2C sont gérées par les collectivités territoriales et les acteurs de l’insertion professionnelle. On recense environ 130 établissements sur l’ensemble du territoire.

Labellisées, ces écoles ne délivrent pas de diplôme, mais elles accréditent des compétences et jouent le rôle d’une passerelle vers des contrats de travail en alternance. Individualisée, la formation (rémunérée) repose sur des entrées et sorties permanentes, dispensées en alternance avec une entreprise.

Lors de son entrée à l’école, le jeune est impliqué dans la conception de son parcours de formation et d'insertion professionnelle. Selon son niveau, sa scolarité varie de 4 mois à 2 ans. La durée moyenne des parcours est d’un peu plus de 6 mois. Il n’y a pas d’internat : les cours sont dispensés dans les locaux de l'école de la 2e chance (et sur les sites des entreprises partenaires).

Depuis 2004, les E2C sont rassemblées au sein d’une association nationale, Le Réseau des Écoles de la 2e Chance (Réseau E2C France). Le dossier de demande d’admission s’effectue auprès d’une mission locale pour l’emploi ou directement auprès de l’école concernée. L’entrée dans une E2C nécessite le passage d’entretiens afin d’estimer le niveau de volontariat des candidats. Après son admission, l’élève suit une période d’intégration. Sa motivation et son respect du règlement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Non, le "bonheurisme" n'est pas la clé du bien-être au travail
Tendance à la baisse pour les ruptures conventionnelles
Les étudiants ont de plus en plus de mal à financer leurs études
Entreprendre : "comme un musicien de jazz, un startupeur doit savoir improviser"
Comment agir face à un abus de majorité ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles