Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 108,75
    -302,46 (-0,77 %)
     
  • Nasdaq

    17 657,17
    +160,36 (+0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,0714
    -0,0023 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 624,32
    +1 666,48 (+2,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 279,20
    +30,08 (+2,41 %)
     
  • S&P 500

    5 456,53
    +8,66 (+0,16 %)
     

Les échanges commerciaux entre la Corée du Nord et la Chine ont repris

photo LAM YIK FEI/NYT

Trois ans après l’éclatement de la pandémie de Covid-19, l’économie nord-coréenne donne enfin des signes de reprise. C’est ce que relaie le journal économique japonais Nihon Keizai Shimbun, qui a défriché les statistiques de la douane chinoise pour rapporter, le 25 mai, que les échanges commerciaux entre Pékin et Pyongyang ont atteint 684 millions de dollars (637 millions d’euros) entre janvier et avril 2023, soit “91 %” de ce qu’ils étaient à la même période en 2019, révèle le journal.

La Corée du Nord avait interrompu en octobre 2020 le transport de biens vers la Chine par camion, navire et train, ce qui avait fait baisser drastiquement ses échanges commerciaux internationaux. La reprise de ces activités est donc fondamentale pour son économie, la Chine étant de loin le premier partenaire commercial de la Corée du Nord, avec plus de 90 % de ses importations et exportations.

Contournement des sanctions

Depuis 2017, la Corée du Nord est visée par des sanctions de l’Organisation des nations unies (ONU), qui lui interdisent les exportations de certains produits comme le charbon, l’acier et les produits textiles. Mais “les Nord-Coréens contournent bel et bien ces mesures” pour exporter ces biens en Chine, relève le journal. Par exemple, l’envoi de travailleurs nord-coréens en Chine, bien qu’interdit par l’ONU, se poursuit :

PUBLICITÉ

“Il semble qu’à Dandong [ville chinoise à la frontière nord-coréenne], il y ait entre 70 000 et 80 000 ouvriers nord-coréens qui travaillent dans des usines textiles ou de transformation de fruits de mer.”

Si les échanges commerciaux ont repris, les frontières nord-coréennes restent fermées à tous les étrangers. “Leur système de santé étant fragile, les autorités nord-coréennes craignent que la reprise de la circulation des personnes n’entraîne l’afflux du virus en provenance de Chine. Elles sont probablement en train de réfléchir à une date de réouverture, avec les yeux rivés sur la situation sanitaire chinoise”, explique Mitsuhiro Mimura, spécialiste de la Corée du Nord à l’Université préfectorale de Nigata, cité par l’article.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :