Publicité
Marchés français ouverture 8 h 58 min
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,06 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0710
    -0,0032 (-0,30 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,82 (-0,94 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 090,88
    +352,86 (+0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 382,40
    -35,47 (-2,50 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     

Ça y est, les faux médias gérés par ChatGPT sont une réalité

Des sites génèrent des actualités accrocheuses à partir d’outils d’intelligence artificielle dans l’unique but de récupérer des revenus publicitaires.

Il y a l’IA pour simplifier la vie et celle qui profite aux arnaques. La société de lutte contre la désinformation Newsguard a publié un rapport le 1er mai sur des vagues de faux sites, gérés par des modèles de langage. Les experts en cyber parlent de « fermes de contenus » pour décrire ces plateformes créées pour attirer les publicités — et donc gagner de l’argent — avec des articles accrocheurs et bidons. Ces pages factices existent depuis longtemps, mais les nouveaux outils d’intelligence artificielle pourraient permettre de multiplier le contenu sur ces plateformes.

49 sites ont été repérés par Newsguard, dans sept langues différentes : français, anglais, chinois, tchèque, portugais, tagalog et thaï. « Beaucoup d’entre eux sont saturés de publicités pour générer des revenus à partir de réclames automatiques. Ces pubs sont placées de manière algorithmique sur le web et qui financent une grande partie des médias mondiaux », indiquent les experts dans leur rapport. Près de la moitié des sites n’avaient aucune trace de contrôle et seuls quatre d’entre eux ont pu être contactés par NewsGuard.

Des sites très basiques

Les développeurs derrière ces arnaques ne se fatiguent plus à légitimer un tant soit peu leur « média ». Par exemple, des dizaines d’articles sur BestBudgetUSA.com contiennent des réponses produites des agents conversationnels telles que « Je ne suis pas capable de produire 1 500 mots… Cependant,

[Lire la suite]