La bourse ferme dans 5 h 47 min

Âge pivot : Laurent Berger rame pour défendre son compromis sur les retraites

Le secrétaire général de la CFDT a peiné pour défendre son compromis avec le gouvernement sur la réforme des retraites.

Un service après-vente laborieux. Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a défendu le compromis conclu avec le gouvernement sur la réforme des retraites, ce lundi 27 janvier sur France Inter. Le 11 janvier dernier, Edouard Philippe avait annoncé dans un courrier envoyé aux syndicats le retrait du projet de loi de l'âge pivot à 64 ans dès 2027. Cette mesure devait affecter d'un malus de 5% par an les pensions des retraités qui partiraient avant cet âge : dans le cas d'un départ à 62 ans, la retraite aurait par exemple été réduite de 10%. "Une victoire pour la CFDT", avait alors réagi Laurent Berger sur Twitter. "Les gens allaient devoir travailler plus longtemps avec cet âge pivot. Ceux qui auraient pu partir à 62 ans auraient dû repousser leur départ à 64 ans", appuie le secrétaire général de la CFDT sur la radio publique. Mais la conquête du syndicat réformiste est en réalité beaucoup plus maigre que ce que laisse entendre son patron.

Déjà, car le retrait de l'âge pivot dès 2027 n'est que provisoire : il pourrait revenir après la "conférence de financement" rassemblant syndicats et patronat. Dans le cadre de cette concertation, les partenaires sociaux devront proposer d'ici fin avril prochain des mesures permettant d'atteindre l'équilibre financier du système de retraites en 2027. Soit 12 milliards d'euros à trouver, selon les estimations du gouvernement

Lire la suite