Marchés français ouverture 6 h 14 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 618,79
    +652,78 (+2,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 420,33
    +440,12 (+1,52 %)
     
  • BTC-EUR

    38 322,99
    -248,87 (-0,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    925,84
    -7,30 (-0,78 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

À quoi va servir le plan à un milliard d'euros pour la cybersécurité en France ?

·1 min de lecture

"Cette prise de conscience est déjà une très bonne chose. C'est très important qu'il y ait des sous parce que c'est avec des moyens que les choses vont pouvoir bouger", constate Sébastien Dupont, spécialiste reconnu de la cybersécurité, sur Europe 1 vendredi. Alors que le nombre de cyberattaques a quadruplé en 2020, et que deux hôpitaux français ont été entièrement paralysés par des attaques il y a peu, Emmanuel Macron a présenté jeudi un plan à 1 milliard d'euros pour renforcer la sécurité informatique dans le pays.

Sébastien Dupont, qui a notamment travaillé pour le ministère de la Défense et a publié "Vous êtes fou d'aller sur Internet" aux éditions Flammarion, a décrypté sur Europe 1 les mesures déjà annoncées. Il se demande toutefois "si c'est suffisant. On est quand même encore dans l'attente du détail : à qui va être confiée cette dépense et dans quels secteurs elle va aller ?"

136 millions pour renforcer la sécurité du secteur public

Parmi les premières annonces, 136 millions d'euros devraient aller au renforcement de la sécurité informatique des administrations, des hôpitaux. "Enfin !", souligne Sébastien Dupont. "J'ai travaillé douze ans dans l'administration, sur les grands projets de l'Etat. Et encore, on avait les budgets pour travailler en cybersécurité donc je n'ai pas trop à me plaindre. Mais je suis aujourd'hui un citoyen inquiet de la paupérisation de tous ces aspects technologies essentiels pour fonctionner au service du citoyen." Ces 136 millions sont donc...


Lire la suite sur Europe1