Marchés français ouverture 8 h 45 min
  • Dow Jones

    35 741,15
    +64,13 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 226,71
    +136,51 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    28 600,41
    -204,44 (-0,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,1613
    -0,0032 (-0,28 %)
     
  • HANG SENG

    26 132,03
    +5,10 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    54 114,99
    +1 232,04 (+2,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 502,82
    +1 260,14 (+519,26 %)
     
  • S&P 500

    4 566,48
    +21,58 (+0,47 %)
     

À Trappes, l'alliance entre l'ex-maire socialiste et la droite fait hurler Mélenchon

·2 min de lecture
Visuel de campagne du candidat de droite Othman Nasrou (illustration) (Photo: Capture Facebook)
Visuel de campagne du candidat de droite Othman Nasrou (illustration) (Photo: Capture Facebook)

POLITIQUE - Guy Malandain n’est pas n’importe qui pour le Parti socialiste. Quatre mandats de député des Yvelines au compteur et ancien maire de Trappes sous les couleurs du parti à la rose, l’intéressé a toujours mené campagne dans le sillage de la gauche. C’était avant les prochaines élections municipales qui auront lieu à Trappes les 10 et 17 octobre, où ce spécialiste de l’urbanisme a décidé de s’allier avec le candidat de droite Othman Nasrou (un proche de Valérie Pécresse) contre le maire sortant Génération.s Ali Rabeh.

Ancien porte-parole de Benoît Hamon, l’édile avait été élu en mars 2020, mais son élection a été invalidée par le Conseil d’État suite à un recours de son adversaire de droite qui lui reprochait d’avoir illégalement fait la promotion de sa candidature. “Nous avons réfléchi à la meilleure méthode pour sortir de ce climat non serein: c’est l’union pour Trappes. Nous avons passé un contrat d’union républicaine entre nos deux listes”, a annoncé Guy Malandain, 84 ans.

Mélenchon en appelle à Hidalgo

“C’est une alliance contre-nature ! Le seul moteur de cet accord, c’est la rancœur et la haine contre moi”, a réagi auprès du Monde le maire sortant, se disant satisfait que les Trappistes puissent le juger sur son bilan: “j’ai rétabli le soutien scolaire après l’école, baissé les tarifs de la cantine, diminué les impôts…”. Mais au-delà de cette intrigue locale, l’affaire prend désormais une dimension nationale. Ce jeudi 16 septembre, les Insoumis sont montés au créneau pour apporter leur soutien à Ali Rabeh et demander des comptes au PS.

″À Trappes, le PS allié à Pécresse contre le maire Ali Rabeh, membre de Génération.s. Anne Hidalgo doit condamner !”, a tonné sur Twitter Jean-Luc Mélenchon, qui dénonce le “naufrage” de l’ancien maire socialiste. “Que dit Olivier Faure de ce soutien au candidat très à droite de Valérie Pécresse?”, renchérit Éric Coquerel, quand Alexis Corbière appelle la direction du PS à lever “toute ‘ambiguïté’ contre cette dérive intellectuelle”.

À noter toutefois que si l’état major insoumis dirige ses flèches contre le Parti socialiste, ce dernier avait retiré son soutien à Guy Malandain pour le second tour de l’élection en 2020. En cause, le soutien de LREM revendiqué sur ses tracts par l’ancien député PS. Une situation qui avait conduit le parti d’Olivier Faure à finalement soutenir Ali Rabeh au second tour.

Ce dernier l’avait emporté avec 40,4% des voix, devant les listes d’Othman Nasrou (37,2%) et de Guy Malandain (22,4%). Reste à savoir si cette alliance entre l’ex-socialiste et le candidat de droite sera capable de déloger Ali Rabeh de l’Hôtel de ville.

À voir également sur Le HuffPost: Pour 2022, plus question de se ranger derrière Mélenchon pour ces communistes

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles