La bourse ferme dans 2 h 43 min
  • CAC 40

    6 309,14
    +22,07 (+0,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 033,01
    +0,02 (+0,00 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    +0,0056 (+0,47 %)
     
  • Gold future

    1 776,90
    -3,30 (-0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    47 158,02
    +2 213,49 (+4,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 287,32
    -104,39 (-7,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,14
    +0,01 (+0,02 %)
     
  • DAX

    15 439,42
    -20,33 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 014,99
    -4,54 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • dólar/libra

    1,3939
    +0,0099 (+0,72 %)
     

À Saint-Martin d'Ardèche, la résistance s’organise contre la disparition de la plage

franceinfo, Atelier des modules
·1 min de lecture

La plage de Saint-Martin d'Ardèche est menacée de disparition. Ici, les habitants refusent de s'y résoudre : c'est l'emblème du village, ils y sont très attachés. Alors évidemment, la décision des de détruire la digue artificielle qui a permis de former cette retenue d’eau ne passe pas et la polémique enfle. Les services de l’État ont estimé que la digue était devenue dangereuse et qu’elle empêcherait les poissons de remonter la rivière. Seule alternative laissée à la commune : construire une nouvelle digue, pour un coût de chantier estimé à au moins 400 000 euros. Une somme beaucoup trop importante pour le village. "Pour une commune de moins de 1000 habitants, ce n’est pas supportable, c’est impossible. Il faut que d’autres acteurs locaux se réunissent autour d’une table", précise Daniel Delvas, maire (PS) de Saint-Martin d'Ardèche, vent debout contre cette décision.

Sans plage, pas de touristes

Et c’est tout un village qui s’inquiète pour son avenir. Durant la saison estivale, la population est multipliée par six. Si la digue est détruite, c’est le plan d’eau qui disparait et avec lui les nombreux touristes. Sans possibilité de se baigner, on craint qu’ils aillent voir ailleurs. Une baisse de visiteurs qui serait catastrophique pour les commerçants et pour le budget communal. Face à cette situation, le maire appelle les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie, les départements et les intercommunalités, à se mobiliser pour financer les travaux de la digue.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi