Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 104,75
    +35,81 (+0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,63
    -33,69 (-2,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2650
    -0,0010 (-0,08 %)
     

À Saint-Brévin, une marche contre « la violence et la bêtise » de l’extrême droite

POLITIQUE - Élus de gauche, syndicalistes ou Brévinois, ils étaient nombreux à défiler mercredi 24 mai à St-Brévin-les-Pins à l’appel de la gauche pour soutenir le maire démissionnaire de cette commune de Loire-Atlantique, devenu le symbole des élus locaux victimes de violences.

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article, les soutiens de Yannick Morez regrettent au micro du HuffPost un climat de tensions jamais vu au cours des derniers mois dans leur commune. Une campagne largement insufflée par des partis politiques ou des groupuscules d’extrême droite et qui a culminé par un incendie criminel au domicile du maire, en mars dernier.

Dans les rues de cette station balnéaire de 14.000 habitants ont défilé le patron du PS Olivier Faure, son homologue communiste Fabien Roussel, la secrétaire nationale d’EELV Marine Tondelier, Jean-Luc Mélenchon (LFI) ou encore François Ruffin (LFI). Derrière eux, environ 3.000 personnes selon les organisateurs.

« Il a été le visage, dans les valeurs et dans les actes, de la République du quotidien, de la République du réel, pas celle des slogans », a lancé la maire PS de Nantes, Johanna Rolland, avant le début de la manifestation, au sujet de Yannick Morez. Ce dernier n’a finalement pas participé à la marche, regrettant dans un communiqué une « récupération de politique de l’extrême gauche » et une « discrétion de la droite sur cette thématique ». À la fin de la manifestation, le maire démissionnaire a tout de même livré un discours devant l’Hôtel de ville pour remercier ses soutiens, comme vous pouvez le voir également dans notre reportage.

À voir également sur Le HuffPost :

JO 2024 : des migrants et des sans-abri expulsés d’Île-de-France ?

Avec la levée du Titre 42, la frontière États-Unis/Mexique est surchargée