Marchés français ouverture 4 h 5 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 462,20
    -638,18 (-2,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2035
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 630,71
    -505,02 (-1,73 %)
     
  • BTC-EUR

    46 720,66
    +888,57 (+1,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 287,85
    +53,43 (+4,33 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

À quelles cybermenaces s'exposent les télétravailleurs ?

·1 min de lecture

Le télétravail n'a pas seulement bousculé la manière dont le travail structure nos journées, il nous a également contraint à changer d'outils de production. Le premier confinement a en effet obligé nombre de particuliers à se tourner vers leurs ordinateurs personnels pour pouvoir continuer à travailler, dans des conditions parfois loin d'égaler celles du lieu de travail, notamment en ce qui concerne la sécurité informatique. Car bien souvent, le particulier est loin d'être aussi bien équipé contre les cyber-attaques qu'une grande entreprise, parfois dotée d'un service dédié. Sa vulnérabilité en fait une cible attractive pour les pirates, susceptibles de passer par son ordinateur pour atteindre des données professionnelles.

"Nous sommes passés pendant le premier confinement de deux à cinq millions de télétravailleurs, donc trois millions de télétravailleurs supplémentaires en 24 heures", rappelle Christophe Corne, PDG de Systancia, éditeur français de logiciels de cybersécurité, jeudi au micro de La France bouge sur Europe 1.

>> Retrouvez toutes les émissions de La France bouge de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Pourquoi les télétravailleurs sont davantage exposés ? 

"Il a fallu utiliser des ordinateurs personnels, et c'est souvent là le début des problèmes", tranche le PDG de Systancia. En effet, ces ordinateurs sont rarement vérifiés par l'employeur, ni équipés d'un pare-feu aussi efficace que ceux utilisés par les entreprises. Et pourtant, ...


Lire la suite sur Europe1