La bourse ferme dans 4 h 33 min
  • CAC 40

    6 653,54
    +44,23 (+0,67 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 121,61
    +18,58 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    34 930,93
    -127,59 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1878
    +0,0031 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    1 826,70
    +22,10 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    33 867,80
    -255,68 (-0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    941,50
    +11,57 (+1,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,57
    +0,18 (+0,25 %)
     
  • DAX

    15 645,61
    +75,25 (+0,48 %)
     
  • FTSE 100

    7 077,76
    +61,13 (+0,87 %)
     
  • Nasdaq

    14 762,58
    +102,01 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    4 400,64
    -0,82 (-0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 782,42
    +200,76 (+0,73 %)
     
  • HANG SENG

    26 315,32
    +841,44 (+3,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3958
    +0,0050 (+0,36 %)
     

"À leur place moi aussi j'aimerais Biden": la colère de Trump contre Macron et les Européens

·2 min de lecture

Une phrase prononcée par Emmanuel Macron samedi au G7 en hommage au nouveau président américain Joe Biden a fortement déplu à Donald Trump. Celui-ci s'est emporté contre le président français dans un communiqué, l'accusant de "dépouiller" les Etats-Unis.

Certes, Donald Trump est persona non grata sur Twitter, et ce pour deux ans. Certes, il a de lui-même fermé le "blog" par lequel il communiquait avec ses partisans depuis son bannissement du réseau social. Mais il n'a pas renoncé à faire part de son sentiment publiquement. Quelques heures après la conférence de presse commune d'Emmanuel Macron et Joe Biden au G7, il a laissé libre cours à sa colère contre le Français et ses partenaires européens. 

"Ils dépouillaient les Etats-Unis"

Visiblement irrité par le spectacle de l'intervention commune d'Emmanuel Macron et de son successeur, Joe Biden, samedi face à la presse, durant le G7 organisé dans les Cornouailles, il a ainsi publié une déclaration particulièrement courroucée. Il faut dire qu'une phrase d'Emmanuel Macron, d'ailleurs prononcée par ce dernier en anglais face au parterre de journalistes, lui est restée en travers de la gorge. Le chef de l'Etat, dont les relations avec Donald Trump étaient notoirement difficiles, a ainsi glissé à l'attention de Joe Biden (et du reste du monde): "Je pense que c'est formidable que le président américain fasse partie du club et soit prêt à coopérer". 

Après avoir mis cette saillie en exergue de son communiqué, Donald Trump enchaîne: "C’est une citation du président français. Lui et beaucoup d’autres dirigeants avant lui, en France et en Europe, dépouillaient les Etats-Unis comme jamais. Nous étions traités très injustement avec des accords commerciaux horribles, et nous payions une large partie de leur défense." 

"Je suis pour que l'Amérique passe avant" 

La diatribe de l'ex-chef de l'Etat américain avait initialement été repérée sur Twitter par le chef de notre service politique, et ancien correspondant aux Etats-Unis, Philippe Corbé. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Ils abusaient des Etats-Unis et du coup, bien sûr, ils aiment Biden parce que maintenant ils vont pouvoir revenir à leurs vieilles habitudes de dépouiller notre pays. Si j’étais le dirigeant d’un de ces pays moi aussi j’aimerais Biden bien plus que le président Trump", poursuit Donald Trump. Il pronostique: "Ils vont maintenant devenir très riches sur le dos des Etats-Unis, exactement comme par le passé avant notre changement. Je suis pour que l’AMERIQUE PASSE AVANT !" Une conclusion, en majuscules dans le texte original, reprenant son célèbre slogan: "America, first". 

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles