La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 184,82
    -29,08 (-0,40 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 207,16
    -5,43 (-0,13 %)
     
  • Dow Jones

    33 963,84
    -106,58 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0647
    -0,0015 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 944,90
    +5,30 (+0,27 %)
     
  • Bitcoin EUR

    24 930,05
    -1,65 (-0,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    565,87
    -2,18 (-0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,33
    +0,70 (+0,78 %)
     
  • DAX

    15 557,29
    -14,57 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    7 683,91
    +5,29 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 211,81
    -12,18 (-0,09 %)
     
  • S&P 500

    4 320,06
    -9,94 (-0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    32 402,41
    -168,62 (-0,52 %)
     
  • HANG SENG

    18 057,45
    +402,04 (+2,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,2240
    -0,0054 (-0,44 %)
     

À Paris, même les biens immobiliers de luxe voient leur prix chuter

Alberto Castillo / Unsplash

Même le luxe est atteint par la tendance baissière que connaît l'immobilier francilien. Le marché immobilier de luxe à Paris ressent les effets de la conjoncture économique. Les stocks augmentent et les prix diminuent, une situation inédite depuis plus de quinze ans, indique Le Parisien le 10 septembre. Cependant, le secteur de l'ultra-luxe, qui concerne 1% des acheteurs, continue de croître comme si de rien n'était.

Les acheteurs de l'immobilier haut de gamme, représentant environ 5% de la population française, négocient davantage et retardent même leurs achats. En revanche, ceux qui peuvent se permettre d'investir plus de 3 millions d'euros ne semblent pas directement touchés par cette situation. Cette tendance est en constante augmentation depuis les cinq derniers mois, entraînant une hausse des stocks de biens immobiliers de luxe à vendre (environ 31% de plus qu'en 2022). Par conséquent, les négociations deviennent plus âpres, avec près de 20% des ventes conclues après une négociation de plus de 10% du prix initial.

Les taux d'intérêt élevés et l'attentisme des acheteurs contribuent à cette situation. Les acheteurs espèrent que les prix continueront de baisser et font des offres sur plusieurs biens simultanément pour renforcer leur position de négociation. Les agences immobilières, qui étaient très sollicitées il y a deux ans, doivent désormais chercher de nouveaux clients. Cette tendance à la baisse affecte également la valeur des biens de confort, ceux qui ne sont pas liés (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite