Marchés français ouverture 2 h 1 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 007,43
    +185,67 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,1338
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    23 745,05
    +269,79 (+1,15 %)
     
  • BTC-EUR

    50 384,68
    -512,02 (-1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 469,08
    +26,30 (+1,82 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

À la Une: un nouveau directeur pour la police nationale en Haïti

·3 min de lecture

Frantz Elbé remplace Léon Charles à la tête de la Police nationale de Haïti. La démission de Léon Charles était « réclamée par plusieurs couches de la société », rappelle Rezo Nodwès, remarquant qu'elle survient « moins de 72 heures après la séquestration de plus d’une dizaine de citoyens américains par les gangs armés 400 Mawozo ». La presse n’est pas tendre pour celui qui s’en va : « Léon Charles repart par la petite porte », titre Le Nouvelliste. « Il laisse une capitale en proie à l’insécurité. Plus d’un millier de personnes et environ une cinquantaine de policiers ont été tués au cours des derniers mois », souligne le journal, alors qu’AlterPresse relaie le communiqué de l’Unicef selon lequel « le nombre d’enfants et de femmes enlevés contre le paiement d’une rançon au cours des huit premiers mois de 2021 a déjà dépassé le total de l’année dernière ».

De fait, Léon Charles « a été vivement critiqué pour son incapacité à lutter contre les actes de criminalité et de banditisme », souligne AlterPresse. Et sa démission intervient quelques jours après « l’humiliation du gouvernement le 17 octobre au Pont Rouge », quand, avec le Premier ministre et les membres du gouvernement, Léon Charles avait dû « prendre la poudre d’escampette sous les balles des bandits ». Et puis c’est « sous l’administration de Léon Charles que le président Jovenel Moïse a été assassiné chez lui », rappelle Le Nouvelliste. Le directeur de la police, « hué, copieusement insulté » et « même traité d’assassin » lors des funérailles. « L’homme avait développé la faculté d’être imperméable aux critiques », estime le journal, mais « il devenait évident qu’il n’avait plus la confiance des troupes ni les moyens adéquats pour inquiéter les gangs ».

Frantz Elbé attendu pour « la chasse au gangs armés »

AlterPresse souligne que « les efforts de Frantz Elbé pour rétablir la sécurité lorsqu’il était au Sud-Est, en 2012, ont été salués à l’époque ». Les journaux se concentrent surtout sur ce qui l’attend : « la chasse aux gangs armés », insiste Le National. Il « doit s’atteler vite à la tâche en vue de rétablir un climat de sécurité dans le pays ». Le problème, soupire Le Nouvelliste, c’est qu’« on arrive directeur de la PNH sans plan et sans doctrine . […] C’est un poste que l’on hérite après l’échec constaté d’un précédent directeur lors d’une crise à son paroxysme. […] Le pays attend, à défaut de miracles, des signaux clairs et des résultats, aussi petits soient-ils. »

Au Nicaragua, arrestation du président et du vice-président de la COSEP, le syndicat patronal

Michael Healy et Alvaro Vargas ont été arrêtés, selon la police, « pour un supposé blanchiment d’argent et pour atteinte à la souveraineté nationale », rapporte Confidencial. La maison de Michael Healy, le président de la Cosep, « a été perquisitionnée, comme ça a été le cas pour d’autres détenus et suspects », note le journal, entre autres « des journalistes, des dirigeants sociaux, syndicaux, d’entreprises, et même des dirigeants étudiants ». La Prensa parle « d’un niveau de répression qui dépasse même celui de gouvernements d'Amérique latine aussi violents et restrictifs que le Venezuela ». Trinchera de la Noticia remarque que la détention des deux hommes, « critiques du gouvernement du sandiniste Ortega arrive au lendemain de la demande de l’Organisation des États américains exigeant la libération "immédiate" des candidats à la présidentielle » du 7 novembre « et des prisonniers politiques ». « C'est une stratégie, estime un analyste politique dans La Prensa. Chaque fois qu’il y a une action internationale, à l’interne on enferme davantage. »

Aux États-Unis, l’État de l’Alabama a exécuté ce jeudi Willie B. Smith

La Cour suprême venait de refuser d’examiner le cas de cet Afro-Américain condamné il y a trente ans pour le meurtre d’une femme blanche. Pourtant, souligne le site Alabama.com, « l’État n’a pas remis en cause le fait que Smith souffrait d’une sévère déficience intellectuelle », et la Cour Suprême avait en 2002 interdit l’exécution de ce type de personnes, complète le Montgomery Advertiser. Selon le Centre d’information sur la peine de mort, Willie B. Smith est au moins la 28e personne souffrant de déficience intellectuelle à être exécutée depuis l’interdiction de 2002. Ses avocats affirment qu'il n’a même pas pu choisir un type d’exécution parmi ceux qui lui étaient proposés, parce qu'il ne comprenait pas le formulaire.

Accident sur le tournage d’un film aux États-Unis : un mort et un blessé grave

L’acteur Alec Baldwin a tiré sur le plateau du western Rust « avec un pistolet utilisé comme accessoire, tuant la directrice de photographie et blessant le réalisateur », rapporte USA Today. The Hill poursuit : « Selon le bureau du shérif, l’enquête cherche à comprendre quel type de projectile a été tiré et comment ». Un porte-parole d’Alec Baldwin parle d’un « accident avec un pistolet chargé à blanc ». Le Washington Post rappelle la « carrière prolifique » du comédien, connu ces dernières années pour son rôle dans la série 30 Rock et son imitation de Donald Trump dans l’émission Saturday Night Live. Le journal revient aussi sur les décès survenus dans des circonstances similaires pendant des tournages : l'acteur Brandon Lee, fils de Bruce Lee, tué par un pistolet chargé par erreur à balles réelles. Ou Jon-Erik Hexum, feignant de jouer à la roulette russe avec un pistolet pour le coup chargé à blanc, mais tué par la détonation lorsque le coup est parti.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles