Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    54 729,46
    +896,98 (+1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 246,99
    +48,42 (+4,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

À Malte, la Chine et les États-Unis amorcent un « dégel »

Le conseil à la sécurité nationale américaine Jake Sullivan à la Maison-Blanche (image d'illustration).  - Credit:CELAL GUNES / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Le conseil à la sécurité nationale américaine Jake Sullivan à la Maison-Blanche (image d'illustration). - Credit:CELAL GUNES / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

« Les deux parties ont eu des discussions franches, substantielles et constructives », assure la Maison-Blanche dans un communiqué. Samedi 16 et dimanche 17 septembre, Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, et Wang Yi, chef de la diplomatie chinoise, se sont rencontrés à Malte, dans un contexte qui reste tendu entre les deux grandes puissances. Une haute responsable de l'exécutif américain, qui a requis l'anonymat, a précisé que la réunion avait duré au total douze heures sur deux jours.

La dernière rencontre de ce type remontait au mois de mai dernier. C'est à peu près à la même époque, au printemps, que le président américain avait prédit un « dégel » de la relation sino-américaine, qui s'était envenimée en février à la suite du survol des États-Unis par un ballon chinois.

Les États-Unis ne cherchent « ni le conflit ni la confrontation »

Pendant son échange avec le ministre chinois, Jake Sullivan a « souligné que les États-Unis et la Chine étaient engagés dans une compétition, mais que les États-Unis ne cherchaient ni le conflit ni la confrontation », a-t-elle ajouté pendant un échange avec la presse, reprenant une formulation devenue rituelle de l'administration Biden. « Wang Yi a souligné que la question de Taïwan était la première ligne rouge à ne pas franchir dans les relations sino-américaines », a assuré Pékin de son côté.

À LIRE AUSSI L'économie, talon d'Achille de Xi JinpingLe conseiller de la Maison-Blanche à la sécurité nat [...] Lire la suite