Publicité
La bourse ferme dans 5 h 41 min
  • CAC 40

    7 582,80
    -49,91 (-0,65 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 953,91
    -29,20 (-0,59 %)
     
  • Dow Jones

    40 211,72
    +210,82 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,0899
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    2 446,80
    +17,90 (+0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 947,16
    +243,06 (+0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 312,70
    -28,26 (-2,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,22
    -0,69 (-0,84 %)
     
  • DAX

    18 506,37
    -84,52 (-0,45 %)
     
  • FTSE 100

    8 171,85
    -11,11 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    18 472,57
    +74,17 (+0,40 %)
     
  • S&P 500

    5 631,22
    +15,87 (+0,28 %)
     
  • Nikkei 225

    41 275,08
    +84,40 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    17 727,98
    -287,96 (-1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,2968
    +0,0003 (+0,02 %)
     

À Lampedusa, Von der Leyen et Meloni promettent l’action coordonnée de l’Union européenne et l’Italie

Reuters

LAMPEDUSA - Visite express pour situation urgente. Ce dimanche 17 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et la Première ministre italienne Giorgia Meloni ont atterri sur l’île de Lampedusa qui fait face à un afflux record de migrants partis des côtes nord-africaines.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, elles ont été accueillies à l’aéroport par des habitants en colère, qui se sentent souvent abandonnés par leur gouvernement et par l’Union européenne. « Nous en avons assez que l’île serve de tribune » aux responsables politiques sans que leurs visites soient suivies d’effet, a lancé un pêcheur à Giorgia Meloni. « Nous faisons tout notre possible », a répondu Giorgia Meloni, ajoutant : « Comme d’habitude, je prends personnellement la responsabilité ».

En conférence de presse, la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni a estimé que « l’avenir de l’Europe se joue » sur l’île de Lampedusa où des dizaines de milliers de migrants arrivent chaque été et poursuivent leur voyage vers d’autres pays européens. La responsable italienne reproche à ses partenaires européens de manque de solidarité envers l’Italie, qui a accueilli sur son territoire près de 130 000 migrants depuis le début de l’année.

PUBLICITÉ

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a, elle, martelé que l’immigration irrégulière avait besoin d’une « réponse européenne » et a appelé les autres pays de l’UE à accueillir une partie des migrants arrivés en Italie.

Elle a également proposé un plan pour affronter l’urgence, consistant notamment à élargir la mobilisation de Frontex pour lutter contre les passeurs, accélérer l’aide financière à la Tunisie, principal pays de départ sur cette route migratoire, et à renforcer les « voies légales de l’immigration ». Le plan prévoit également d’améliorer le dialogue avec les principaux pays d’émigration sur cette route en vue de la réadmission de leurs citoyens qui ne rempliraient pas les conditions d’asile, en particulier la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Burkina Faso.

Gérald Darmanin attendu à Lampedusa dans les prochains jours

Entre lundi et mercredi, environ 8 500 personnes, soit plus que l’ensemble de la population de Lampedusa, sont arrivées à bord de 199 bateaux, selon les chiffres de l’agence des Nations unies pour les migrations.

Cette crise migratoire fait depuis trois jours l’objet d’une intense activité diplomatique. Une conférence téléphonique a réuni samedi les ministres de l’Intérieur français, italien et allemand, et un représentant de la présidence espagnole du Conseil de l’UE.

Gérald Darmanin va se rendre en Italie « dans les prochains jours », ont convenu samedi Giorgia Meloni et le président Emmanuel Macron, promettant de « renforcer la coopération au niveau européen (...) pour trouver des solutions efficaces, immédiates et de plus long terme à cette crise », selon Paris.

À voir également sur Le HuffPost :

Lampedusa : Gérald Darmanin se rendra en Italie « dans les prochains jours »

À Lampedusa, comment la catastrophe humanitaire vire à la guerre politique et à la crise diplomatique