Publicité
La bourse ferme dans 5 h 42 min
  • CAC 40

    8 109,84
    -22,65 (-0,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 062,82
    +3,62 (+0,07 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0879
    +0,0019 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    2 345,20
    +10,70 (+0,46 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 816,56
    -254,58 (-0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,00
    -16,46 (-1,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,91
    +1,19 (+1,53 %)
     
  • DAX

    18 821,19
    +46,48 (+0,25 %)
     
  • FTSE 100

    8 309,99
    -7,60 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2772
    +0,0000 (+0,00 %)
     

À la une de l’actu ce mardi 12 septembre…

« Il y a des gens de L214 qui taguent les bouchers en les traitant de nazis et en disant que les élevages sont des camps d’extermination d’Auschwitz », avait affirmé Éric Zemmour.  - Credit:STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
« Il y a des gens de L214 qui taguent les bouchers en les traitant de nazis et en disant que les élevages sont des camps d’extermination d’Auschwitz », avait affirmé Éric Zemmour. - Credit:STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Procès. Éric Zemmour de retour devant la justice. Alors que la Cour de cassation a annulé la décision de la Cour d'appel dans son jugement pour « contestation de crime contre l'humanité », le polémiste d'extrême droite est jugé ce mardi en diffamation pour des propos diffusés sur CNews en septembre 2020 contre l'association L214. « Il y a des gens de L214 qui taguent les bouchers en les traitant de nazis et en disant que les élevages sont des camps d'extermination d'Auschwitz », avait-il affirmé. Une demande de renvoi a été formulée.

À LIRE AUSSIEuropéennes : Éric Zemmour grille la candidature de Marion Maréchal

Justice. Aux États-Unis, l'État fédéral attaque Google au tribunal, l'accusant d'abus de position dominante. D'après le gouvernement américain, Google a bâti sa domination sur la recherche en ligne grâce à des contrats illégaux avec des entreprises telles que Samsung, Apple et Firefox, pour que son outil soit installé par défaut sur leurs smartphones et services. Pendant dix semaines d'auditions d'une centaine de témoins, Google va tenter de persuader un juge fédéral que les accusations du ministère américain de la Justice sont infondées. Google risque gros. Si, dans quelques mois, le juge Amit Mehta tranche en faveur des États-Unis, le groupe risque d'être forcé de se séparer de certaines activités pour l'obliger à changer ses méthodes.

À LIRE AUSSILes médias face à ChatGPT : quelles contreparties ?

Football. Après un succès face à l'Irlande (2-0) dan [...] Lire la suite