Marchés français ouverture 4 h 37 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 913,13
    +29,00 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1926
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 493,84
    +184,08 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    28 404,59
    +879,02 (+3,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    809,42
    +15,09 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

À Jérusalem, la peur et l'incertitude règnent sur l'esplanade des Mosquées

·1 min de lecture

À Jérusalem, alors que des heurts ont fait plus de 200 blessés depuis vendredi, des fidèles palestiniens se sont à nouveau rassemblés sur l’esplanade des Mosquées à l’occasion de la nuit du destin, moment sacré du Ramadan, en dépit de la peur de nouvelles violences. Reportage de Gwendoline Debono.

Comme chaque nuit à Jérusalem, un camion anti-émeute projette un liquide nauséabond dans les rues pour faire fuir les derniers protestataires. Samedi soir, Jérusalem sentait le rance et l'incertitude.

Il faut dire que les heurts se sont accumulés depuis le début du ramadan faisant plus de 200 personnes ont été blessées après que les forces de l'ordre ont violemment dispersé les Palestiniens présents sur l'esplanade des Mosquées. Les fidèles sont encore abasourdis par les affrontements. "J'ai vraiment eu peur, confie Janat. Tout le monde courait, quand tu vois tous ces blessés devant toi, tu es effrayée…"

Menaces d'expulsion

Les policiers israéliens sont moins nombreux que d'ordinaire aux entrées du site, mais leur présence agace. Le directeur de la Mosquée Al-Aqsa, Omar Kiswani, multiplie les appels au calme. "Rendre la mosquée vivante se fait par la prière, pas en essayant de tout ruiner et en donnant une opportunité à ceux qui voudrait envahir nos prières."

Entre les prières et les chants, on parle aussi du sort des familles du quartier de Sheikh Jarah, menacées d'expulsion au profit de colons juifs. La justice doit statuer lundi. "Si la cour décide que les maisons appartiennent aux colons, les gens n'oublieront jamais que c'est leurs maisons, redoute Oday. J'espère que ça n'ira pas jusque là, que ça ne va pas dégénérer, que nous n'aurons pas de martyrs ou de guerre à cause de ça."

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles