Marchés français ouverture 1 h 41 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    27 928,05
    +106,29 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,1335
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    23 700,70
    +225,44 (+0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    50 289,47
    +436,86 (+0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 465,97
    +23,20 (+1,61 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

À Istanbul, Erdogan et Merkel saluent leur relation «constructive» malgré des «différends»

·1 min de lecture

Alors que les négociations se poursuivent en Allemagne pour former une nouvelle coalition et désigner son successeur, la chancelière Angela Merkel a rendu ce samedi 16 octobre une dernière visite officielle au président turc Recep Tayyip Erdogan. Sans nier leurs nombreux différends, les deux dirigeants ont préféré insister sur leurs efforts pour trouver des compromis, notamment sur la question migratoire.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Recep Tayyip Erdogan ne l’a pas dit ainsi, mais il va sans doute regretter Angela Merkel. Lors de leur dernière conférence de presse commune, le chef de l’État turc a en tout cas souhaité plusieurs fois la poursuite avec le futur exécutif allemand de ce qu’il a appelé « nos travaux réussis avec Mme Merkel ». Il a salué le « leadership » de la chancelière et loué son approche « constructive » pendant les 16 années où ils se sont côtoyés.

Sans surprise, les deux dirigeants sont donc revenus sur l’accord migratoire de 2016, conclu entre Ankara et l’Union européenne, mais négocié en réalité par Angela Merkel. Cette dernière a assuré que l’UE continuerait de soutenir la Turquie, rappelant les 6 milliards d’euros déjà alloués à ce pays pour l’aider à accueillir plus de 3,7 millions de Syriens et jugeant « nécessaire » de soutenir Ankara dans sa lutte contre le trafic d’êtres humains.

« Liés les uns aux autres »

« Nous avons toujours cherché des solutions », a souligné la chancelière, évoquant également les violations des droits de l’homme en Turquie. Avant d’ajouter cette phrase qui résume bien ce qu’a été l’approche d’Angela Merkel à l’égard de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan : « Nous pouvons avoir des points de vue différents, mais nous sommes liés les uns aux autres. »

À lire aussi : Visite à Ankara des responsables de l'UE: du rôle conciliateur de la chancelière allemande

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles