Marchés français ouverture 6 h 12 min
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 894,50
    -107,02 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0677
    -0,0019 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 338,54
    -1 206,74 (-4,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,95
    -20,93 (-3,10 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     

À droite toute! Et si Valérie Pécresse s’égarait…

·2 min de lecture

EDITO - En prenant un virage "à droite toute" dans sa campagne, Valérie Pécresse fait fausse route pour espérer se hisser au second tour de la présidentielle.

C’est une enquête électorale Ipsos-Cévipof-Fondation Jean Jaurès pour Le Monde, chaque mois fort attendu en raison, notamment, d’un panel imposant: plus de 12 000 sondés. En le détaillant, en auscultant les principales données, on constate sans le moindre doute possible que pour devancer Marine Le Pen au premier tour de la très prochaine élection présidentielle et ainsi accéder à la finale, Valérie Pécresse doit en priorité et coûte que coûte récupérer des électeurs qui, aujourd’hui, déclarent vouloir voter… Emmanuel Macron.

Elle n’a pas le choix, et deux pourcentages le lui signifient avec clarté: 35% des électeurs qui avaient voté en faveur de Nicolas Sarkozy en 2012 sont aujourd’hui acquis au président sortant; 29% des Français qui avaient choisi François Fillon en 2017 sont désormais favorables à Emmanuel Macron. Insistons: si Valérie Pécresse n’en récupère pas une partie, elle sera absente du second tour. Insistons encore: pour se qualifier, elle n’a d’autre choix que d’ouvrir son spectre politique. Voilà pourquoi il est pertinent de s’interroger sur son inflexion ultra-sécuritaire, sur le bien fondé de sa pente “à droite toute”. Est-ce ainsi en effet qu’elle conquerra des “modérés”? Rien n’est moins sûr.

Perdue dans une campagne mono-thématique

Aussitôt désignée candidate LR à l’élection présidentielle, Valérie Pécresse s’est installée, de façon incompréhensible selon nous, dans la roue du “battu”, l’ultra-droitier Éric Ciotti. La logique politique et électorale aurait voulu que ce fut l’inverse, que le député des Alpes-Maritimes, sorti incontestablement renforcé de la primaire LR, se mette au service de la” championne”; que, certes, il la “couve” sur son aile sécuritaire- une nécessité-, mais qu’il ne lui interdise pas de se déployer sur les autres “terrain”» d’une élection présidentielle et ils sont multiples- l’économie, le social, la défense , la diplomatie, la santé, l’écologie, la culture, etc. Or les Français, y compris les tenants de la droite, ont le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles