Marchés français ouverture 5 h 19 min
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 970,58
    +462,03 (+1,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,2045
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 716,98
    +95,06 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    45 112,92
    -2 007,12 (-4,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 256,56
    -6,40 (-0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     

À Châteauroux, une entreprise vendait des masques “made in France” venus… de Chine

·1 min de lecture

La crise sanitaire a donné naissance à toutes sortes de fraudes. À Châteauroux (Indre), la société Coveix a été épinglée par la Direction départementale de la concurrence et de la répression des fraudes (DDCRF) le 12 février dernier : elle vendait des masques estampillés "made in France", alors qu’ils étaient fabriqués en Chine, rapporte le quotidien local La Nouvelle République, le 6 avril. Le parquet de l’Indre a décidé l’ouverture d’une ensquête pour "tromperie et pratique commerciale trompeuse" et "commerce et escroquerie aggravée au préjudice de l’État".

La supercherie a commencé au mois de septembre 2020, c’est-à-dire dès l’ouverture de l’entreprise. C’est un salarié de Coveix qui a d’ailleurs alerté les autorités pour dénoncer le fonctionnement de l’entreprise qui l’employait. À La Nouvelle République, ce dernier a confié que son travail "consistait à ouvrir des containers et vider des semi-remorques arrivant de Chine". À l’intérieur, se trouvaient des masques chirurgicaux, qu’il fallait mettre "par paquets de cinquante dans des boîtes où il était écrit 'made in France'".

La qualité des masques importés de Chine était d'ailleurs loin d'être la meilleure du marché. Interrogé par France Bleu, Régis Guérin, l'un des premiers salariés de Coveix explique avoir eu "des retours de clients pour nous dire que les masques étaient mal faits et à l'envers". "Notre patron nous disait que les masques chinois respectaient les normes. Mais c'est lui qui le dit, nous on ne pouvait pas le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’idée d’une taxe minimum sur les sociétés à l’échelle mondiale prend forme
Les Etats-Unis face au spectre d’une pénurie de ketchup
Face à Amazon, "les petites entreprises se mettent debout" aux Etats-Unis
Monoprix (Casino), Yoplait et Leboncoin débarquent au top 50 des marques françaises les plus fortes
Carrefour et Deliveroo lancent la livraison à domicile de courses en moins de 30 minutes en France